Accord avec BioNTech pour produire son vaccin — Sanofi

Xavier Trudeau
Janvier 28, 2021

Sanofi et BioNTech annoncent avoir conclu un accord aux termes duquel le géant français de la santé prêtera son concours à la société allemande pour la fabrication et la fourniture de son vaccin contre la Covid-19 qui est codéveloppé avec Pfizer. Comme l'explique Paul Hudson, PDG de Sanofi, "ce site de production étant situé à proximité du siège social de BioNTech, cela facilitera les choses". Le projet "supporte la commande de 600 millions de doses qu'a passée l'Union européenne" et "rend cette commande réalisable, puisque l'enjeu aujourd'hui est de mobiliser toutes les capacités de production européennes pour monter la production de vaccins", a-t-elle ajouté.

Cet accord survient au moment où plusieurs laboratoires rencontrent des difficultés pour tenir les cadences élevées nécessaires afin de respecter les contrats qu'ils ont signés. La semaine dernière, c'était au tour du britannique AstraZeneca, dont le vaccin doit encore être approuvé dans l'Union européenne, d'indiquer que ses livraisons seraient moins importantes que prévu au premier trimestre, provoquant la colère de Bruxelles.

Mardi, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a encore mis la pression sur les fabricants en affirmant qu'ils devaient "honorer leurs obligations".

Il lui donnera à l'accès à son outil de production et à son savoir-faire afin de produire plus de 125 millions de doses en Europe. Selon lui, une telle fenêtre de lancement a du sens car il restera encore des gens à vacciner dans le monde à ce moment-là. Sanofi collabore avec GSK pour développer un candidat-vaccin COVID-19 faisant appel à la même technologie de protéine recombinante que celle employée par Sanofi pour la fabrication de ses vaccins contre la grippe saisonnière, combinée à la technologie de production d'adjuvant à usage pandémique de GSK.

La mise à disposition de l'usine de Francfort de Sanofi pour le conditionnement du vaccin Pfizer-BioNTech avait été annoncée dès mardi par le directeur général du groupe français, Paul Hudson, dans un entretien au Figaro. Si Sanofi y parvenait pour le Covid-19 en l'espace de deux ans, cela resterait un temps exceptionnellement court, mais le laboratoire pâtit de la comparaison avec ses concurrents plus rapides. Elle a annoncé que "d'autres laboratoires" vont rejoindre ce dispositif, "puisque maintenant nous avons une meilleure visibilité sur les vaccins qui fonctionnent et sur les capacités industrielles", sans donner de noms.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL