Complotistes, pro-armes, néonazis : qui sont les émeutiers du Capitole ?

Claudine Rigal
Janvier 9, 2021

En compagnie de plusieurs milliers de militants pro-Trump, Jake Angeli, alias QAnon Shaman, " l'homme à la peau de bête", a été l'un des chefs de file de la prise d'assaut du Capitole mercredi, temple de la démocratie américaine. Mais le profil de ce supporter de Donald Trump n'en est pas moins inquiétant.

Car Jake Langeli, 32 ans, acteur, doubleur et chanteur de profession selon son profil sur le site artistique backstage.com, est déjà connu pour être une des figures bien identifiées du mouvement "Qanon".

L'homme est originaire de l'Arizona, et son look est étudié: dans une interview en 2020 donnée à The Arizona Republic, Angeli a expliqué qu'il portait ce bonnet de fourrure, se peignait le visage et se promenait torse nu avec un pantalon en lambeaux dans le but d'attirer l'attention. Et sous les cornes se cache un conspirationniste aux références racistes. C'est cette divinité du panthéon germanique qui a inspiré le wotanisme, un mouvement d'identité politique et religieuse défendu par des partisans d'extrême droite, des nazis ou même des suprémacistes blancs. L'un d'eux, qui se compose de triangles entrelacés, est le symbole viking du "Valknut".

D'autres partisans de Donald Trump qui ont participé aux violences contre le Capitole à Washington arboraient également des insignes fascistes ou néonazis, comme le décrypte Le Monde, à l'image de ce T-shirt imprimé d'un lugubre "Camp Auschwitz", symbole SS à l'appui. L'objectif serait de créer "une énergie infinie, des technologies sur la gravitation ou encore avancer sur le clonage" pour lancer un "nouvel ordre mondial".

Convaincu par ses propres recherches effectuées sur Internet, QShaman croit dur comme fer que les Illuminati, la Commission trilatérale et le groupe Bilderberg, sont les maîtres du monde. "Et oh mon Dieu, j'ai pu commencer à voir la réalité de ce qui se passe", a-t-il commenté. Ce dernier a réagi en personne jeudi sur les réseaux sociaux, déclarant dans un éclat de rire que "certains ont cru me voir hier soir à Washingtion, mais non, je n'étais pas avec ces tordus!" L'image recadrée ne montre plus qu'il tenait en fait son fameux panneau "Q m'a envoyé", faisant référence au QAnon, et qu'il participait en fait à une contre-manifestation. Ceci est confirmé par un Tweet de la journaliste Brianna J. Frank, reporter pour "AZ Central", qui a filmé en juin le célèbre activiste criant des slogans contre Antifa, contre les médias corrompus et en faveur de "Q".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL