Coronavirus : le gouvernement réfléchit à un allongement des vacances de février

Claudine Rigal
Janvier 28, 2021

"C'est-à-dire un confinement qui a des effets suffisamment rapides et efficaces pour freiner davantage la circulation du virus". N'apportant guère plus de précisions que celles données à l'issue du Conseil de défense qui s'est tenu mercredi, Gabriel Attal a déclaré que le gouvernement travaillait à "des scénarios qui vont du maintien du cadre actuel, qui est peu probable, jusqu'à un confinement très serré".

Interrogé sur le climat anxiogène alimenté par un Exécutif qui temporise sur un possible reconfinement et sur les inquiétudes des parents d'élèves, le porte-parole du gouvernement a souligné que le gouvernement a " toujours comme boussole, autant que c'est possible, de permettre à nos enfants d'aller à l'école ". L'épidémie, a également rappelé Gabriel Attal, a atteint "un plateau haut", avec "une incidence qui augmente et une pression sur l'hôpital qui augmente". L'Élysée indique que de multiples scénarios sont à l'étude.

"Ces scénarios vont du " maintien du cadre actuel avec un couvre-feu à 18 heures " - " peu probable " a immédiatement ajouté le porte-parole - à " un confinement très serré ".

Dans ce contexte, a-t-il expliqué, le président Emmanuel Macron a demandé des " analyses complémentaires épidémiologiques et scientifiques sur chacun des scénarios ".

Le chef de l'État s'accorde encore le temps de la réflexion.

Depuis mars dernier, 74.106 personnes sont décédées d'une infection au coronavirus, dont 51.868 à l'hôpital, et 352 ces dernières 24 heures. "Il y a beaucoup de remontées négatives du terrain, de la tension dans le pays", s'inquiète une source gouvernementale. Cela passerait par le rideau baissé dans les commerces non-essentiels et le retour de l'attestation de déplacement obligatoire dans la journée. "Olivier Véran a dit que fin février on espérait vacciner plus de 2,5 millions de personnes en France". De plus, un cas de Covid-19 sur dix en France pourrait désormais être dû au variant anglais, plus contagieux, soit trois fois plus que durant la première semaine de janvier, a annoncé Gabriel Attal.

En outre, la France a vacciné 1.184.000 personnes depuis le 26 décembre dernier, d'après le ministère de la Santé. Comme pour tenter de préparer et de mieux faire accepter les décisions à venir.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL