Covid : les livraisons du vaccin Pfizer en Europe retardées

Evrard Martin
Janvier 16, 2021

"Ce problème technique nous coûte quatre mois" précise la société qui espère passer en phase 3, celle qui permet de jauger l'efficacité d'un vaccin et sa tolérance par l'organisme, lors du deuxième trimestre 2021. Le géant de la pharmacie a assuré que les changements apportés à l'usine avaient pour but, "dans un avenir proche", de "permettre d'augmenter rapidement les volumes" fabriqués.

Sans les identifier, le chef de l'ONU critique notamment le fait que "certains pays concluent des accords parallèles et se procurent même des vaccins au-delà de leurs besoins".

Plus tôt dans la journée, la Norvège avait annoncé qu'elle avait été avertie par Pfizer d'une réduction temporaire des livraisons.

Le FHI n'a pas précisé l'ampleur de la réduction des livraisons pour l'Europe dans son ensemble, mais a dit s'attendre à ne recevoir la semaine prochaine que 36 075 doses contre 43 875 escomptées auparavant, soit une baisse de 17,8 % pour le royaume scandinave. Le pays a déjà constaté un premier ralentissement ce vendredi matin mais a constitué une réserve stratégique à la réception des premières doses en décembre, ce qui devrait limiter les effets du retard de livraison.

Combien de doses ont été commandées? La France bénéficie par ailleurs aussi de doses du vaccin Moderna, en faible quantité pour l'heure (52.000 à date).

Après un lancement en fanfare de la vaccination contre le Covid-19 en Europe à Noël, le laboratoire américain Pfizer a annoncé, ce vendredi, qu'il allait réduire ses livraisons de doses de vaccins en Europe fin janvier / début février.

S'il n'est pas membre de l'Union européenne, le pays nordique y est étroitement associé dans de nombreux domaines, y compris dans le cadre de l'achat de vaccins anti-Covid négocié par Bruxelles. Elle affirme que le laboratoire Pfizer a assuré à l'UE que les doses promises au 1er trimestre seraient livrées comme prévu.

Leader mondial concernant les ventes de vaccins pédiatriques et grippaux et numéro trois tous vaccins confondus, Sanofi a raté son sprint, devancé dans cette course effrénée par la plupart des Big Pharma et biotechs.

L'annonce a provoqué l'irritation de plusieurs gouvernements européens.

Les ministres de la Santé de six pays de l'Union européenne ont exprimé vendredi, dans une lettre commune à la Commission européenne, leur "sérieuse préoccupation" quant aux retards de livraison du vaccin Pfizer/BioNTech.

Les ministres du Danemark, de l'Estonie, de la Finlande, de la Lituanie, de la Lettonie et de la Suède ont dénoncé dans cette lettre une situation "inacceptable" portant préjudice à la "crédibilité du processus de vaccination".

Le ministère allemand dit cependant prendre note avec regret de cette communication inattendue et à très court terme de la Commission européenne et de Pfizer, alors qu'un calendrier de livraison avait été établi jusqu'à mi-février.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL