Des médecins libéraux dénoncent une répartition "aux dépens des soignants" — Vaccins Covid

Evrard Martin
Janvier 26, 2021

La vaccination des professionnels de santé est "ralentie" au profit d'autres publics prioritaires (personnes âgées, malades chroniques), dénonce mardi l'Union régionale des médecins libéraux d'Ile-de-France, qui regrette l'ouverture de "trop nombreux petits centres" sous la pression des élus locaux.

D'après l'URPS d'Ile-de-France, qui regroupe 21.000 médecins, l'ordre a été donné aux établissements en charge de la vaccination des soignants d'annuler purement et simplement des centaines de rendez-vous pour des premières vaccinations et, sur instruction ministérielle, de reporter au 28e jour les milliers de rendez-vous pour les secondes vaccinations, initialement prévues au 21e jour. "Ces mêmes centres, insuffisamment pourvus en vaccin, ouverts trop souvent pour satisfaire la demande pressante des collectivités, resteront malheureusement insatisfaits malgré cette décision opportuniste", pointent les libéraux.

Au moment où "on s'attend à une troisième vague épidémique", le choix "ne peut en aucun cas se faire au détriment de ceux qui sont en première ligne", insiste-t-il, ajoutant que les soignants "ne comprendraient pas qu'on diminue leur protection parce qu'il y a une situation de pénurie".

À Paris, ce lundi 25 janvier, certains soignants ont vu leur rendez-vous pour recevoir la deuxième injection du vaccin contre la Covid-19 être repoussé d'une semaine, à cause du manque de doses disponibles, rapporte RTL.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL