Francis Lalanne demande à l’armée de renverser le gouvernement Macron — "J’appelle"

Pierre Vaugeois
Janvier 27, 2021

A plusieurs reprises, Francis Lalanne a menacé de partir, s'est éclipsé puis s'est finalement résolu à revenir avant un départ définitif.

Le chanteur Francis Lalanne, candidat des Gilets jaunes aux élections européennes de 2019, lors desquelles sa liste Alliance jaune a réalisé un score de 0,53%, a publié une tribune, ce 22 janvier, sur le site du blog complotiste FranceSoir. Et pour cause, le chanteur a posté une drôle de tribune sur un site complotiste dans laquelle il demande aux Français de destituer Emmanuel Macron. Dans ce long texte, il reproche à Emmanuel Macron d'avoir instauré "la tyrannie" pendant cette période de pandémie.

À lire aussi: Emmanuel Macron: Son nouveau dérapage qui va rendre furieux les Français!

La publication ne pourrait être qu'une diatribe de plus envers la stratégie gouvernementale de lutte contre le Covid-19 si son auteur n'appelait pas à un soulèvement armé compte le chef de l'État. Dans sa tribune, le chanteur appelle à la destitution d'Emmanuel Macron, qui, selon lui, "a failli aux obligations élémentaires pour lesquelles est élu un président de la cinquième République".

Plus exactement, il exhorte "les plus hauts dignitaires de l'armée française" à "faire cesser le trouble social et politique dont souffre depuis trop longtemps la Nation". "Le gouvernement est en train de commettre insidieusement un coup d'État au nom de la COVID; et s'apprête à instituer la tyrannie comme un avatar de la République, à l'insu du peuple français ", s'insurge le chanteur.

"Donc par voie de conséquence, de mettre fin à l'exercice du mandat de l'actuel président de la République, poursuit Lalanne".

Des propos passibles de poursuites en vertu de l'article 413-3 du Code pénal, qui punit de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende "le fait, en vue de nuire à la défense nationale, de provoquer à la désobéissance par quelque moyen que ce soit des militaires ou des assujettis affectés à toute forme du service national ".

De plus, "lorsque la provocation est commise par la voie de la presse écrite ou audiovisuelle, les dispositions particulières des lois qui régissent ces matières sont applicables en ce qui concerne la détermination des personnes responsables".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL