Google n’apportera pas internet au monde entier avec les ballons de Loon

Xavier Trudeau
Janvier 25, 2021

Alphabet, la maison-mère de Google, a annoncé vendredi qu'elle mettait fin à "Loon", un projet très médiatisé visant à fournir de l'internet sans fil via des ballons évoluant dans la stratosphère, faute d'une viabilité commerciale. Le PDG de l'entreprise Alastair Westgarth l'a annoncé ce vendredi, tout en soulignant que la disparition de l'entreprise est due à un manque de partenaires volontaires et à une incapacité à construire un modèle économique durable.

Il reconnaît néanmoins ne pas avoir réussi à trouver "le moyen de réduire les coûts suffisamment pour créer une entreprise durable à long terme". Les créateurs de Loon ont appris à déplacer les ballons en utilisant les flux d'air et il a fallu de multiples essais pour obtenir des appareils qui pouvaient résister plus d'un an dans les conditions difficiles où ils se trouvaient.

L'entreprise est surtout connue pour ses ballons géants à haute altitude et son partenariat avec des opérateurs de télécommunications mondiaux qui lui permettent de diffuser l'internet dans des régions reculées du monde.

Devenue une entreprise indépendante au sein d'Alphabet en 2018, Loon constituait un pari important pour le géant de la technologie, avec le projet de voiture autotractée Waymo et la livraison de drones Wing. En juillet dernier, la société a annoncé qu'elle avait lancé une flotte de 35 ballons au Kenya pour desservir une région de plus de 50 000 kilomètres aux abonnés de Telekom Kenya.

Le projet Loon avait pour visée de déployer un réseau de ballons pour développer l'accès à internet des zones mal desservies ou sinistrées. Selon Loon, chacun de ses ballons, à partir de 20 km au-dessus de la Terre, peut couvrir une zone d'environ 80 km de diamètre et desservir environ 1 000 utilisateurs sur le terrain grâce à une connexion LTE.

Il faisait partie de la "moonshot factory", ou projet "X", mise en place en 2010 par Google.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL