Le créateur de Dead or Alive et Ninja Gaiden fonde Itagaki Games

Alain Brian
Janvier 21, 2021

Voici ce qu'il avait à dire sur Facebook à propos de son dernier mouvement, dans lequel il indique assez clairement qu'il est intéressé à faire à nouveau équipe avec Microsoft après avoir travaillé en étroite collaboration avec le fabricant Xbox pour le redémarrage de Ninja Gaiden.

Ex-collaborateur de chez Koei Tecmo, à l'origine des séries Dead or Alive et Ninja Gaiden, Tomonobu Itagakia officiellement annoncé la création d'un nouveau studio de développement sobrement baptisé Itagaki Games.

Il y a peu on fêtait les 20 ans de la Xbox et on a pu profiter d'un long article de Bloomberg, qui était basé sur des entrevues avec plusieurs personnalités du milieu qui ont travaillé avec Microsoft durant les deux dernières décennies.

Itagaki s'est récemment exprimé sur Facebook, où il a déclaré qu'il voulait se remettre à créer des jeux vidéo et avait lancé Itagaki Games dans ce but. Cependant, Itagaki a eu quelques différends avec son employeur après la libération de Ninja Gaiden II en 2008, qui l'a vu quitter l'entreprise et intenter un procès d'un million de dollars pour de prétendues primes non versées.

L'auteur a écrit de grands titres sous la direction de Tecmo, dont Ninja Gaiden et Dead or Alive, déjà mentionnés.

Tomonobu Itagaki aura toujours une place spéciale dans l'histoire de la Xbox. Au début des années 2010, on l'avait revu rapidement dans les crédits de Devil's Third, un shooter ultra-violent d'une société qu'il a cofondé avec un ancien de Tecmo, Valhalla Game Studios.

C'est pourquoi je lui ai fait confiance et j'ai créé des jeux exclusifs à Xbox pendant une dizaine d'années.

Le "Legendary Creator", Tomonobu Itagaki a semble-t-il un petit coup de blues et souhaite revenir sur le devant de la scène avec son nouveau studio, Itagaki Games.

Lorsqu'il a été question d'une potentielle acquisition de la part de Microsoft, Itagaki a répondu: " Je sais que Microsoft est agressif.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL