Pourquoi les livraisons prennent du retard — Vaccin Pfizer

Evrard Martin
Janvier 16, 2021

Le laboratoire américain Pfizer a confirmé vendredi que ses livraisons de vaccins anti-Covid en dehors des États-Unis allaient ralentir fin janvier-début février, le temps de modifier le processus de fabrication et ainsi augmenter la cadence pour les semaines suivantes.

Pfizer a justifié son retard. Le gouvernement allemand a déploré "une communication inattendue et de très court terme". "Les ministres du Danemark, de l'Estonie, de la Finlande, de la Lituanie, de la Lettonie et de la Suède y dénoncent une situation " inacceptable " portant préjudice à la " crédibilité du processus de vaccination ".

Ces travaux d'expansion font en sorte que Pfizer réduit temporairement ses livraisons à tous les pays qui reçoivent des vaccins produits dans ses installations européennes, et cela inclut le Canada.

La perspective de ne pas pouvoir livrer à temps les vaccins avait fait craindre des retards conséquents dans les livraisons, entre trois et quatre semaines. "Ce type d'aléas dans la production et la livraison de vaccins était anticipé et il faudra savoir nous adapter en permanence au fur et à mesure de l'arrivée potentielle de nouveaux vaccins et du rythme réel des livraisons", a indiqué dans la soirée l'Élysée dans la soirée, qui ajoute que le déploiement global de la campagne vaccination "n'est pas remis en cause par cette inflexion dans les livraisons".

Il soutenait que ce nombre passerait à environ 365 000 doses par semaine en février, pour un total de 1,4 million de doses au courant du mois. La France, qui bénéficiera de ses doses au prorata de sa population, évoquait vendredi une "forte baisse" à venir. Le stock devrait ainsi permettre de continuer de vacciner, mais à une cadence plus mesurée qu'escomptée, alors que le pays est la cible, comme d'autres voisins européens, de critiques sur la lenteur de la campagne.

Les livraisons aux pays de l'UE des quantités prévues de vaccins Pfizer/BioNTech contre le Covid-19 vont connaître des retards dans les trois à quatre prochaines semaines, a indiqué ce vendredi 15 janvier le ministère allemand de la Santé. La Norvège anticipait quant à elle 18% de doses en moins par rapport à ses prévisions. En revanche, ce contretemps n'affectera pas les États-Unis livrés en vaccins depuis une usine Pfizer du Michigan.

Le laboratoire Pfizer a signé avec l'Union européenne des contrats prévoyant la livraison d'un maximum de 600 millions de doses de son vaccin en 2020, dont 75 millions au deuxième trimestre. À défaut d'avoir toutes les doses de vaccins attendues, il va donc falloir une bonne dose de patience! La France bénéficie par ailleurs aussi de doses du vaccin Moderna, en faible quantité pour l'heure (52.000 à date).

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL