Quand Ouyahia vendait des lingots d’or au marché noir

Claudine Rigal
Janvier 10, 2021

Le procès en appel des deux anciens premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, dans le dossier du montage automobile et de l'affaire du financement occulte de la campagne électorale d'Abdelaziz Bouteflika, s'est ouvert, aujourd'hui, le 9 janvier à la cour d'Alger.

Le procès a lieu à la Cour d'Alger avec une composante différente, après l'acceptation par la Cour suprême du pourvoi en cassation.

L'ancien premier ministre, en détention à la prison d'El Abadla dans la wilaya de Béchar, a révélé avoir reçu en cadeaux 60 lingots d'or de la part de ces émirs du Golfe et qu'il les avait proposé à la Banque d'Algérie. Cette dernière avait refusé de les acheter, Ouyahia a dit les avoir revendu sur le marché noir pour 350 millions de dinars.

Au premier jour de ce troisième procès, Ahmed Oyahia a fait un incroyable aveu.

Les propriétaires des usines de montage, Hassane Larbaoui et Mohamed Bairi, et l'ancien président du Forum des chefs d'entreprises (FCE), Ali Haddad sont aussi concernés par ce dossier.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL