Record de ventes de voitures électriques en Norvège | Brèves

Xavier Trudeau
Janvier 9, 2021

Cette politique a transformé le marché automobile du pays en un laboratoire pour les constructeurs automobiles à la recherche d'un avenir sans moteurs à combustion interne, plaçant les nouvelles marques et modèles au sommet des listes de best-sellers ces dernières années.

Selon le Conseil d'information sur le trafic routier (OFV) norvégien, les véhicules électriques ont atteint une part de marché dans le pays de 54,3 % l'an dernier contre 42,4 % un an plus tôt. "C'est une tendance extrêmement positive", s'est félicitée Christina Bu, secrétaire générale de l'Association norvégienne des véhicules électriques, qui promeut le "zéro émission".

"Nous sommes définitivement sur la bonne voie pour atteindre l'objectif de 2025", a déclaré le directeur général de l'OFV Oeyvind Thorsen lors d'une conférence de presse.

La Norvège, qui est paradoxalement le plus gros producteur d'hydrocarbures d'Europe de l'Ouest, affiche l'ambition que toutes ses voitures neuves soient zéro émission - électriques et à hydrogène - à compter de cette année-là. La France, elle, devrait atteindre ce cap en 2040.

Plus de la moitié des voitures neuves vendues en 2020 en Norvège étaient électriques.

Cherchant à devenir le premier pays à mettre fin à la vente de voitures à essence et diesel d'ici 2025, la Norvège productrice de pétrole exempte les véhicules entièrement électriques des taxes imposées à ceux qui dépendent des carburants fossiles. Dans le classement des meilleures ventes de l'année 2020, l'e-tron d'Audi, la berline électrique dont le premier prix démarre à 47.000 euros, aurait été hors de portée de la plupart des bourses sans aides.

Malgré ces performances sans égales, l'Association norvégienne des véhicules électriques dit rester sur sa faim, elle qui s'attendait à voir l'électrique accaparer près de 60 % du marché l'an dernier. "Mais le virus a retardé plusieurs lancements".

Les ventes de BEV se sont accélérées au cours des derniers mois de 2020, atteignant leur plus haut niveau pour un mois en décembre, avec une part de 66,7% du marché automobile.

Pour la première fois, on s'attend à ce que le nombre de lancements de modèles électriques - jusqu'à 40 - dépasse celui des autres véhicules - moins d'une trentaine - y compris en comptant les hybrides rechargeables. "Ce n'est pas très bien conçu", souligne Bjart Holtsmark, un chercheur de l'institut de statistique SSB, critique à l'égard des subventions publiques. Mais ses partisans font valoir l'intérêt de ce mode de locomotion pour atteindre les objectifs climatiques fixés par l'Accord de Paris, dans un pays qui tire la quasi-intégralité de son électricité de sources hydrauliques.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL