Trump interdit huit nouvelles applications chinoises — États-Unis

Xavier Trudeau
Janvier 8, 2021

Après avoir mené une guerre économique et technologique sans merci à l'encontre de la Chine et de ses entreprises, le président sortant des États-Unis Donald Trump veut visiblement leur mettre des bâtons dans les roues jusqu'au bout. Au contraire même, ce dernier a annoncé qu'un décret visant à limiter l'utilisation de certaines applications chinoises allait être rapidement signé. Le gouvernement laisse ainsi quarante-cinq jours à Alipay, CamScanner, QQ Wallet, SHAREit, Tencent QQ, VMate, WeChat Pay, et WPS Office pour se retirer du territoire américain, avant d'être purement et simplement bannis des stores en ligne. Et tout cela sans qu'aucune preuve irréfutable n'ait été mise sur la table.

"En accédant à des appareils électroniques personnels tels que les smartphones, les tablettes et les ordinateurs, les applications logicielles chinoises connectées peuvent accéder à de vastes pans d'informations provenant des utilisateurs et les détourner, y compris des informations sensibles et privées", ajoute Donald Trump. "Ce qui permettrait à la Chine de suivre les déplacements d'employés fédéraux et de constituer des dossiers d'informations personnelles", peut-on lire. Le décret, intitulé "Addressing the Threat Posed by Applications and other Software Developed or Controlled by Chinese Companies " (Répondre à la menace posée par les applications et autres logiciels développés ou contrôlés par des sociétés chinoises) considère qu'il faut agir pour "faire face à l'urgence nationale " causée par "l'omniprésence de la propagation " des applications créées et contrôlées en Chine qui "continuent de menacer la sécurité nationale, la politique étrangère et l'économie des États-Unis ". D'ici là, le nouveau président élu, en la personne de Joe Biden, aura la liberté d'appliquer le décret ou de l'interdire.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL