Un Botticelli s’envole pour 92 M$

Pierre Vaugeois
Janvier 30, 2021

Un chef-d'œuvre de Sandro Botticelli a été vendu pour un record de 92,2 millions de dollars (75,9 millions d'euros) chez Sotheby's à New York. À l'issue d'un court va-et-vient entre deux collectionneurs, un acheteur donnant ses ordres à Londres l'a emporté en effet avec une dernière offre à 80 millions de dollars, prix auquel s'ajoutent frais et commissions.

S'il dépassait les 100 millions de dollars, le tableau serait le premier depuis mai 2019 et les 110 millions que les "Meules" de Claude Monet ont déjà a marqué à New York chez Sotheby's.

Le précédent record pour un Botticelli a été établi en 2013 lorsque sa "Vierge à l'enfant avec le jeune Saint Jean-Baptiste" s'est vendue 10,4 millions de dollars.

L'œuvre du XVe siècle, également connue sous le nom de "Jeune homme tenant un médaillon", avait une estimation de prévente de 80 millions de dollars, et Sotheby's avait pensé qu'elle pourrait rapporter plus de 100 millions de dollars.

Avant cette vente, seul Léonard de Vinci, avec les 450 millions de dollars de son Salvator Mundi, avait jamais tutoyé - et en l'occurrence dépassé - le seuil symbolique des 100 millions de dollars parmi les maîtres anciens. Comme l'explique Le Monde, s'appuyant sur les propos d'un collectionneur et fin connaisseur de la Renaissance préférant garder l'anonymat, la possibilité que le tableau ait été réellement peint par Botticelli avant d'être recouvert, plus tard, par un autre peintre n'est donc pas à exclure. En 1982, lors de dernière vente aux enchères du tableau, ce dernier a été acheté pour 1,3 million de dollars (1 million d'euros) par Sheldon Solow, le magnat de l'immobilier new-yorkais, décédé à la mi-novembre, dont la fortune s'élevait à 4,4 milliards de dollars selon Forbes.

" Une image de sa qualité et de cet impact, cette beauté, n'a pas vraiment été sur le marché depuis de nombreuses années", a déclaré Christopher Apostle, chef du département Sotheby's des peintures anciennes. "Quand vous avez un chef-d'œuvre qui se présente, les gens se réveillent, (.) quelle que soit la période", même en pleine incertitude économique, avait dit Christopher Apostle.

Il rappelle que le marché de l'art est resté soutenu malgré la pandémie, avec notamment un triptyque de Francis Bacon adjugé 84,6 millions en juin. Contraintes par les restrictions sanitaires, qui ont notamment privé New York de ventes en public depuis dix mois, les grandes maisons d'enchères se sont massivement rabattues sur les ventes en ligne et ont maintenu un volume d'activité important. Les collectionneurs européens et même asiatiques peuvent ainsi suivre les enchères au moment opportun.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL