Un policier meurt après l'assaut des partisans pro-Trump — Capitole

Claudine Rigal
Janvier 9, 2021

Après un rassemblement où Trump a exhorté ses partisans à se battre pour renverser les élections du 3 novembre qu'il avait perdues, des centaines d'entre eux ont pris d'assaut le Capitole mercredi, forçant les sénateurs et les membres de la Chambre des représentants à évacuer alors qu'ils fracassaient des fenêtres et pillaient. Violemment frappé à de multiples reprises par des manifestants, le policier s'était effondré avant de perdre connaissance dans ses quartiers.

"Il a été emmené à l'hôpital local où il a succombé à ses blessures" jeudi soir, selon le communiqué. Brian Sicknick travaillait depuis 12 ans dans ce service de police. Pour les trois autres décès, les circonstances n'ont pas encore été éclaircies.

La violation de mercredi du bâtiment du Capitole américain a eu lieu alors que les législateurs se trouvaient dans le bâtiment certifiant la victoire du président élu Joe Biden.

Au lendemain de cette journée de chaos qui a ébranlé l'Amérique, Donald Trump, accusé par Joe Biden d'avoir miné la démocratie, a lancé un rare appel à la "réconciliation", condamnant "une attaque odieuse" sur le Capitole.

Des policiers dégainant leurs armes dans le cœur du Congrès des Etats-Unis, des élus protégés par des masques à gaz, des manifestants brisant des vitres.

Ces scènes ont suscité consternation et indignation à travers le monde, et l'image des Etats-Unis, qui se posent volontiers en modèle démocratique, a été durablement abîmée.

Par ailleurs, jeudi, le chef de la police du Capitole américain, Steven Sund, a déclaré dans une lettre de démission qu'il démissionnerait à compter du 16 janvier. "Je vais désormais me concentrer sur une transition de pouvoir ordonnée et sans accrocs", a-t-il encore assuré.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL