Une information judiciaire visant Eric Dupond-Moretti bientôt ouverte — Conflits d'intérêts

Pierre Vaugeois
Janvier 13, 2021

C'est la première fois qu'un garde des Sceaux en exercice se retrouve dans une telle situation. Eric Dupond Moretti a déclaré dans une interview diffusée jeudi sur "Complément d'inquête".

L'annonce a été faite par le canal d'un communiqué rendu public par le procureur général près la cour de Cassation, François Molins.

Après la révélation de l'examen de ses fadettes dans le cadre de l'enquête sur les "écoutes" de Nicolas Sarkozy, pour laquelle un jugement est attendu le 1er mars, Eric Dupond-Moretti, alors avocat chargé de défendre les intérêts de l'une des parties impliquées, avait déposé plainte pour violation du secret des correspondances et violation du secret professionnel contre les trois magistrats du PNF à l'origine de cette initiative judiciaire. "Ce vendredi soir, la cour de justice de la République estime qu'il y a matière à ouvrir une information judiciaire pour "'prise illégale d'intérêts'", ajoute Sophie Neumayer.

Les plaintes ont été déposées après que Dupond-Moretti ait appelé à enquêter sur trois procureurs de l'unité de poursuite des crimes financiers.

Depuis le mois de septembre, le mis en cause a fait l'objet de trois signalements et deux plaintes auprès de la CJR.

À lire aussi: Eric Dupond-Moretti: sa déclaration sur les jihadistes Français qui fait scandale... Pendant ces investigations, des facturations téléphoniques détaillées de plusieurs avocats, dont celle du futur ministre, avaient été examinées.

Ces plaintes reprochent également au ministre d'avoir ouvert une autre enquête administrative à l'encontre du juge Édouard Levrault qui avait dénoncé, après la fin de ses fonctions comme juge d'instruction à Monaco, avoir subi des pressions. "Même si on ne peut préjuger de son issue, cette enquête va permettre d'aller au fond des choses sur ce problème institutionnel que nous dénonçons depuis le début", abonde la présidente du SM, Katia Dubreuil. Les magistrats reprochent d'abord à Eric Dupond-Moretti d'avoir tardé à donner des consignes pour qu'il ne soit plus destinataire de remontées d'informations sur les dossiers dont il a eu connaissance en tant qu'avocat.

Comme un ministre est mis en cause dans ce dossier, la commission d'instruction de la Cour de justice de la République (CJR) devrait se voir confier cette information judiciaire.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL