Vaste coup de filet contre l'opposition pro-démocratie — Hongkong

Pierre Vaugeois
Janvier 9, 2021

Trump, mauvais perdant de la dernière présidentielle américaine, et son administration envisagent des sanctions suite aux arrestations d'une cinquantaine de personnes à Hong Kong.

Plus de cinquante figures de l'opposition pro-démocratie, dont un avocat américain, ont été arrêtées mercredi à Hongkong, le plus gros coup de filet à ce jour dans le cadre de la récente loi sur la sécurité nationale imposée par la Chine.

Cette opération est le dernier coup en date porté contre la dissidence depuis la reprise en main de Hong Kong entamée en 2020 par Pékin pour mettre fin aux immenses manifestations en faveur de la démocratie qui avaient secoué ce territoire semi-autonome l'an passé. C'est le premier Américain interpellé au nom de la nouvelle loi.

A en croire un décompte fait sur Facebook et Twitter par des partis et des personnalités de l'opposition, au moins 48 arrestations ont été réalisées, la plupart pour 'subversion'.

Deux sources haut placées au sein de la police ont, sous couvert de l'anonymat, fait état d'"environ 50" interpellations menées par l'unité chargée d'enquêter sur les infractions relevant de la loi sur la sécurité.

Selon des proches de Joshua Wong, actuellement incarcéré et l'un des visages les plus connus de la mouvance pro-démocratie, son domicile a été perquisitionné. Trois groupes de presse (Stand News, Apple Daily et Inmediahk) ont eu la visite de la police chinoise tandis qu'un cabinet d'avocats engagé dans la défense des droits de l'Homme a été perquisitionné et l'un des avocats y travaillant, l'américain John Clancey aurait été arrêté. La France et ses partenaires européens ont manifesté leur solidarité à l'égard de la population hongkongaise en adoptant en juillet dernier un paquet de mesures incluant des actions en matière de visas et de mobilité, une vigilance accrue s'agissant des exportations de matériels sensibles vers Hong Kong, un soutien à la société civile et la mobilisation des programmes de bourses et d'échanges universitaires.

L'opposition, qui avait triomphé fin 2019 aux élections locales, comptait avec ces primaires éviter la dispersion des voix pour faire basculer pour la première fois la majorité au Conseil législatif (LegCo, le parlement local). Les autres sont attribués selon un système alambiqué qui garantit presque à coup sûr la majorité au bloc pro-Pékin.

Un peu plus tot, le Parti democratique et divers comptes prives sur les reseaux sociaux avaient signale l'arrestation de plusieurs dizaines de militants et de representants politiques democrates, alimentant les craintes d'un durcissement autoritaire, six mois apres l'entree en vigueur de la nouvelle loi sur la securite nationale. D'anciens législateurs, dont Helena Wong, Lam Cheuk-ting et James To, ont également été arrêtés, selon un message publié sur la page Facebook du parti. Plus de 600 000 personnes à Hong Kong ont participé au scrutin informel visant à sélectionner les candidats aux élections législatives de Hong Kong.

Imposé sans débat par Pékin, ce texte fut une riposte à la crise politique de 2019, quand Hong Kong avait pendant des mois été le théâtre de manifestations contre les ingérences de la Chine.

"Les puissances occidentales ont fustigé cette " sévère répression " et cette " terrible attaque " des libertés, pourtant théoriquement garanties jusqu'en 2047 dans le cadre du principe " Un pays, deux systèmes ".

Très flou dans sa formulation, le texte s'attaque à quatre types de crimes: la sécession, la subversion, le terrorisme et la collusion avec les forces étrangères. Il prévoit des peines de perpétuité.

Les autorités avaient initialement assuré que la loi ne viserait qu'une "extrême minorité".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL