Covid-19 : la Suisse demande de "nouvelles études" sur le vaccin AstraZeneca

Claudine Rigal
Février 4, 2021

Ce mercredi 3 février, l'agence suisse du médicament, responsable des autorisations de mise sur le marché, a estimé que des études supplémentaires étaient nécessaires avant d'autoriser éventuellement le vaccin anti-Covid d'AstraZeneca.

Le premier pays a avoir pris une décision similaire a été l'autorité allemande des vaccins qui a recommandé fin janvier de ne pas autoriser l'Astra-Zeneca pour les 65 ans et plus, jugeant qu'il n'y avait " pas assez de données " sur son efficacité dans cette classe d'âge. En attendant, ce vaccin doit aller de préférence aux professionnels de santé et du secteur médico-social de moins de 65 ans, quel que soit leur lieu de travail, puis aux personnes de 50 à 65 ans présentant des comorbidités.

Selon les observateurs, l'arrivée du vaccin d'AstraZeneca va marquer un tournant dans la campagne vaccinale en France.

Autre nouveauté, sous réserve là encore du feu vert de l'exécutif: les pharmaciens et les sages femmes pourraient prescrire et pratiquer les injections, en plus des médecins et des infirmiers.

En novembre et en décembre, le sous-traitant français Delpharm avait déjà annoncé qu'il produirait le vaccin Pfizer/BioNTech dans son usine normande de Saint-Rémy-sur-Avre, le laboratoire suédois Recipharm le vaccin Moderna à Monts, en Indre-et-Loire, et le façonnier français Fareva le vaccin CureVac sur ses sites de Pau et Val-de-Reuil, pour des opérations de remplissage et d'emballage.

Le vaccin développé par AstraZeneca en partenariat avec l'Université d'Oxford contre le coronavirus est le plus vendu dans le monde.

Cette étude, qui conforte la stratégie du gouvernement britannique d'injecter " une seule dose", explique qu'une seule injection offre un niveau élevé d'efficacité qui persiste pendant au moins 12 semaines, après lesquelles les personnes devraient recevoir leur deuxième dose.

La ministre a également évoqué les délais de livraison pour les différents vaccins: "Pfizer a diminué sa production, (mais) a déjà rattrapé son retard dans les chaines françaises". Le seuil des 10 millions de personnes ayant reçu une dose de vaccin a été franchi mercredi, "une étape très significative dans notre effort national contre ce virus" selon Matt Hancock.

Pour s'adapter à cette nouvelle production, l'entreprise prévoyait alors de recruter une soixantaine de personnes et d'investir plus de deux millions d'euros pour l'achat de réfrigérateurs adaptés.

D'après le ministère de la Santé, la France recevra 2,5 millions de doses en février.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL