Covid-19 : nouvelle recommandation sur la prise du vaccin - Polynésie la 1ère

Evrard Martin
Février 13, 2021

"Beaucoup de gens ont remarqué que les personnes qui avaient déjà été infectées, quand on les vaccinait, remontaient très très vite leurs anticorps, comme si elles avaient déjà eu une première dose de vaccin", résume l'infectiologue, citant notamment les travaux menés par la Société de pathologie infectieuse de langue française.

"Mais étant donné qu'on manque de recul et que, par ailleurs, on a des vaccins, on a préféré dire qu'on allait quand même vacciner ces personnes", a-t-il ajouté.

Jeudi, 2,13 millions personnes avaient reçu au moins une dose de vaccin en France, et 535.775 personnes deux doses.

Les objectifs du gouvernement en termes de personnes vaccinées ont été perturbés notamment par les annonces de livraisons inférieures aux prévisions du laboratoire britannique AstraZeneca.

Selon la proposition de la Haute Autorité de santé, les personnes qui ont déjà été testées positives au coronavirus et sont guéries ne devraient pas se faire inoculer les deux doses mais une seule.

Depuis que la France a lancé son programme de vaccination à deux doses le 27 décembre, au moins 2 millions de personnes ont reçu leur première dose et plus de 500 000 ont reçu un deuxième vaccin.

Celui de Johnson & Johnson, en cours d'examen par l'Agence européenne du médicament, nécessite en revanche une seule injection.

Une seule dose pour ceux qui ont déjà eu le Covid-19: la France est le premier pays à prendre une telle mesure.

Alors que la campagne de vaccination se poursuit en France, la HAS a actualisé, ce vendredi, son avis sur la vaccination des personnes avec antécédent de Covid-19 afin de tenir compte de l'avancée des connaissances. Mais depuis le début de la pandémie et en dehors de certaines exceptions, les dirigeants français modèlent leur politique sanitaire en fonction des recommandations de la Haute Autorité de Santé.

Ces derniers jours, plusieurs études réalisées aux Etats-Unis et en Italie, pas encore évaluées par d'autres scientifiques, évoquaient cette solution d'une dose unique pour les ex-malades du Covid.

Des chercheurs de la faculté de médecine Mount Sinai de New York ont récemment commencé à étudier les effets des vaccins chez des personnes qui avaient déjà eu le COVID-19. Fin janvier, il avait toutefois estimé qu'on ne pouvait pas augmenter le délai entre les deux doses de vaccin Pfizer, contrairement à la recommandation émise quelques jours plus tôt par la HAS.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL