De nouvelles manifestations prévues samedi — Loi Sécurité globale

Claudine Rigal
Février 1, 2021

Les " marches de la liberté " du 16 janvier, ont quant à elles rassemblé 34.000 personnes en France selon la police, et 200.000 selon les organisateurs, selon les données fournies par le ministère de l'Intérieur et le syndicat SNJ-CGT à l'AFP. Le 28 novembre, au pic du mouvement, le ministère comptait 133 000 manifestants, la coordination 500 000 personnes.

À lire aussi: Loi "sécurité globale ": L'article 24 est "une atteinte à la liberté", selon le Conseil de l'EuropeLoi "sécurité globale ": Associations et syndicats dénoncent des "arrestations arbitraires " pendant la manifestation à ParisLoi "sécurité globale ": Classements sans suite ou rappels à la loi pour l'essentiel des manifestants interpellés à ParisLoi "sécurité globale ": Des policiers ont-ils illégalement photographié la carte d'identité d'un manifestant à Paris?

"Il faut qu'il s'étende, qu'il continue au mois de février pour qu'il devienne géant au mois de mars" au moment du passage de la proposition de loi "Sécurité globale" devant le Sénat, s'est exclamé sur la tribune un représentant du collectif.

Une mesure défendue par le gouvernement pour qui elle vise à protéger les policiers victimes d'appels à la haine et au meurtre sur les réseaux sociaux, mais qui empêcherait selon ses détracteurs de filmer les forces de l'ordre en intervention et de documenter les violences policières.

Il s'oppose en outre au " nouveau schéma national du maintien de l'ordre " (SNMO), régulièrement invoqué par les forces de l'ordre pour limiter la couverture médiatique des manifestations.

Mais certains sont également venus défendre le droit à la culture. Elles avaient été rejointes par des teufeurs membres du mouvement des "free parties", qui s'estiment visés par une répression policière abusive après la rave de Lieuron (Ille-et-Vilaine) au Nouvel an.

Dans la capitale, les organisateurs ont fait appel à la participation d'artistes et de musiciens "pour proclamer la liberté de créer, d'exercer, de jouer pour un public résolument vivant", face à la fermeture des lieux culturels.

A Paris, la réunion s'est tenue place de la République avec le soutien des "gilets jaunes" et des représentants du monde de la culture qui réclament la réouverture des cinémas, des musées et des théâtres. "À l'heure d'un reconfinement annoncé et d'un janvier glaçant, ce rendez-vous est une étape". Après des jets de projectiles, les forces de l'ordre ont utilisé des canons à eau. La place a finalement été évacuée vers 17h30.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL