Joe Biden ouvre la voie à un dialogue — Républicains aux USA

Solenn Plantier
Février 2, 2021

La Maison-Blanche a campé sur ses positions lundi, signifiant son refus que son plan de sauvetage de l'économie soit divisé par trois, comme le demandent des républicains modérés. Mais les républicains sont farouchement opposés à ce montant gigantesque, qui va creuser davantage la dette et le déficit budgétaire des États-Unis d'Amérique.

Pour autant, l'administration Biden se prépare à l'éventualité d'un échec: la présidente démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi et le chef démocrate du Sénat Chuck Schumer ont ainsi annoncé avoir franchi un cap dans l'adoption de l'autre procédure, permettant la majorité simple.

Les détails du plan alternatif seront dévoilés lundi, ont indiqué les signataires.

Dans leur courrier adressé dimanche au président, ces élus dont Mitt Romney, ex-candidat à la Maison-Blanche, et le sénateur de l'Ohio Rob Portman, font valoir que " des milliards de dollars des précédents plans d'aide contre la COVID-19 n'ont pas été utilisés ".

Un autre signataire, Bill Cassidy, avait, lui, expliqué dimanche sur Fox News les raisons de ne pas mettre la main au pot pour les écoles publiques. Selon lui, ouvrir les écoles publiques n'est pas lié à un problème d'argent, mais aux enseignants qui ne "veulent pas revenir travailler".

Alors que les démocrates martèlent depuis des mois qu'il faut voir grand, cette proposition semble avoir peu de chances d'être acceptée.

" Il y a à l'évidence un écart important " entre les 1900 milliards de dollars voulus par Joe Biden et les quelque 600 milliards proposés par un groupe de dix sénateurs, a relevé Jen Psaki, la porte-parole de la Maison-Blanche lors d'un point presse.

En mars 2020, le congrès américain avait voté en urgence un plan de 2100 milliards de dollars pour faire face au choc économique provoqué par le Covid.

La sénatrice américaine Susan Collins le 19 janvier 2021 à Washington
La sénatrice américaine Susan Collins le 19 janvier 2021 à Washington

Puis, malgré l'expiration des aides d'urgence, il avait fallu attendre jusqu'aux tout derniers jours de décembre pour faire voter un nouveau plan de 900 milliards de dollars.

Les économistes sont unanimes sur le fait qu'un nouveau plan massif est incontournable face à l'accroissement de la pauvreté dans le pays. Mon plan de sauvetage va nous sortir des profondeurs de ces crises " sanitaire et économique, a-t-il tweeté.

"Nous venons de vivre la pire année économique" depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, a-t-il rappelé, déplorant que 30 millions d'Américains n'aient pas assez à manger.

Si l'emploi ne retrouvera pas son niveau d'avant crise avant 2024, la croissance du produit intérieur brut va, elle, retrouver son niveau prépandémique dès le milieu de 2021, estime le CBO. Elle a largement accentué les inégalités sociales.

Chèques aux familles, fonds pour rouvrir les écoles, argent pour accélérer tests et vaccins, liquidités pour les petites entreprises, ou encore aide alimentaire renforcée: les mesures contenues dans le nouveau plan doivent répondre à l'urgence, avant des plans d'investissements pour favoriser la croissance économique.

Joe Biden a en outre "noté de nombreux domaines que la proposition des sénateurs républicains ne traite pas", a-t-elle ajouté en référence à l'absence de mesures en faveur des Etats ou celle concernant le doublement du montant du salaire fédéral minimum.

Le bannissement de Donald Trump de Twitter rend-il le début de mandat de Joe Biden plus facile?

"Le coût de l'inaction sera bien plus élevé que le coût d'une action, d'une action forte", a-t-elle alerté.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL