La barre des 500 000 morts du Covid-19 franchie — États-Unis

Xavier Trudeau
Février 26, 2021

Le bilan de l'épidémie de Covid-19 aux États-Unis, qui a dépassé 500.000 morts lundi, est "déchirant", a déclaré d'une voix émue le président américain Joe Biden lors d'une allocution depuis la Maison Blanche. Le président démocrate a aussi ordonné une mise en berne des drapeaux sur l'ensemble des bâtiments fédéraux pendant cinq jours.

"Nous n'avons rien connu de tel depuis la pandémie de 1918", souligne l'immunologue Anthony Fauci, conseiller de Joe Biden.

Le seuil des 400 000 décès avait été dépassé il y a environ un mois seulement, en janvier, la veille de l'investiture de Joe Biden, qui a fait de la lutte contre la pandémie l'une de ses priorités de début de mandat. Le rythme actuel des vaccinations (1,7 million d'injections quotidiennes en moyenne) donne cependant espoir. "Je crois que nous allons nous rapprocher de la normalité d'ici à la fin de cette année", a ainsi affirmé vendredi Joe Biden.

Le ministère argentin de la Santé a publié lundi une liste de 70 personnes ayant indûment reçu le vaccin contre le Covid-19, dont la révélation avait déclenché le scandale des "vaccins pour VIP".

Le gouvernement britannique a annoncé viser une réouverture à partir du 12 avril en Angleterre des commerces non essentiels, des pubs et des restaurants en extérieur et des musées.

Un timide optimisme auquel faisait écho, lundi, l'annonce de la réouverture des cinémas de New York, prévue le 5 mars, avec une jauge maximum de 25% de la capacité d'accueil habituelle et une limite de 50 spectateurs par salle.

L'Écosse ressent les premiers effets de sa campagne de vaccination.

Dirigée par l'université d'Édimbourg, elle indique que quatre semaines après l'administration d'une première dose, le risque d'hospitalisation était réduit de 85% avec le vaccin Pfizer et de 94% avec celui d'AstraZeneca, par rapport aux personnes n'ayant pas reçu le vaccin.

En Allemagne, malgré la crainte d'une troisième vague épidémique liée au variant britannique, les écoles rouvrent lundi dans la majeure partie du pays avec des conditions sanitaires drastiques, après deux mois de fermeture.

La pandémie a fait plus de 2,46 millions de morts dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP lundi en milieu de journée.

Depuis son apparition, le Covid-19 a fait plus de 2,46 millions de morts dans le monde. Faute de pouvoir proposer à ce stade son propre remède, Sanofi avait déjà accepté de fabriquer à partir de l'été celui de son concurrent Pfizer/BioNTech. Dans l'Etat le plus touché du pays, le Maharashtra (110 millions d'habitants) qui abrite la capitale économique Bombay, de nouvelles restrictions ont été imposées lundi après une recrudescence des contaminations. Mais le 14 décembre correspond aussi au lancement d'une campagne de vaccination massive, une infirmière new-yorkaise devenant la première Américaine à être vaccinée contre le Covid-19 sur le territoire.

Quelque 60.000 doses de vaccin sont prêtes à être injectées cette semaine, auprès des personnels soignants, des policiers, employés d'hôtels de quarantaine ou encore résidents de foyers pour personnes âgées.

Le patron de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a de son côté accusé certains pays riches de "saper" le dispositif de distribution de vaccins anti-Covid, Covax, destiné notamment aux pays défavorisés, en persistant à approcher directement les fabricants pour avoir accès à davantage de doses.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL