Les démocrates accusés d’avoir déformé ses propos — Donald Trump

Claudine Rigal
Février 13, 2021

Au-delà des six sénateurs républicains qui ont refusé de voter avec leurs collègues conservateurs sur l'inconstitutionnalité du procès, les démocrates espèrent rallier quelques voix supplémentaires pour condamner Donald Trump, même si cela ne suffit pas pour atteindre le seuil d'une majorité des deux tiers (67 sénateurs), nécessaire pour obtenir un verdict de condamnation.

Les avocats de Donald Trump ont achevé vendredi l'exposé de la défense de l'ex-président américain, en dénonçant un procès au Sénat des États-Unis qui a pour objectif d'"éliminer un adversaire politique". En faisant condamner le milliardaire républicain, les procureurs démocrates veulent "éliminer un adversaire politique", a-t-il lancé aux sénateurs, jurés à ce procès, et qui pourront ensuite poser leurs questions aux deux parties.

Donald Trump se voit notamment reprocher d'avoir lancé " Battez-vous comme des diables " à ses partisans, juste avant qu'ils ne se lancent à l'attaque du siège du Congrès le 6 janvier, au moment où les élus certifiaient la victoire de Joe Biden à la présidentielle. Usant des mêmes armes que les procureurs démocrates, il a immédiatement diffusé des vidéos, notamment pour montrer que Donald Trump s'est régulièrement présenté comme le protecteur de " la loi et de l'ordre", mais aussi que ses opposants ont eux-mêmes parfois tenu des discours enflammés.

Pour ses avocats, ce terme fait partie de "la rhétorique politique ordinaire". Oui, a répondu Ted Cruz devant des journalistes, avant d'ajouter: " De toute façon, le résultat de ce procès en destitution est clair: Donald Trump sera acquitté. Elle est " devenue excessive ", mais elle est protégée par le premier amendement de la Constitution qui garantit la liberté d'expression, a poursuivi l'avocat.

" Le président (Donald Trump, ndlr) est très optimiste ", a affirmé jeudi sur Fox News l'un de ses avocats, David Schoen, en promettant un court exposé, de moins de quatre heures.

Une poignée d'élus du Grand Old Party ont tout de même semblé perturbés par la présentation implacable des procureurs démocrates au cours des deux derniers jours.

"Le président Joe Biden, qui a passé plus de 35 ans sur les bancs de la Chambre haute du Congrès, s'est dit " impatient " de voir ce que ses " amis " républicains feraient lors du vote qui pourrait intervenir ce week-end, espérant qu'ils prendraient " leurs responsabilités ".

L'attaque sanglante fut "l'apogée des actions du président, pas une anomalie", a affirmé Jamie Raskin, qui dirige l'équipe d'élus de la Chambre des représentants chargée de porter l'accusation contre le milliardaire républicain.

Le président, resté en retrait depuis le début du procès, a précisé qu'il n'évoquerait pas le dossier avec des sénateurs.

A la barre, M David Schoen a rétorqué que les démocrates avaient " sélectionné " les propos du président et déformé ses propos.

"Le président Trump n'a pas été le témoin innocent d'un accident", mais il "a abandonné son rôle de commandant-en-chef pour devenir l'incitateur-en-chef d'une dangereuse insurrection", a estimé de son côté Jamie Raskin, qui supervise l'équipe des procureurs.

Affirmer que l'ex-président pourrait être responsable d'un "petit groupe de criminels" qui l'ont "absolument mal compris" est "tout simplement absurde", avaient insisté ses avocats par écrit lundi, en soulignant qu'il les avait "exhortés à rester pacifiques".

"Plutôt que de nous crier dessus, et de vous plaindre que nous n'avons pas réuni assez de faits, faites venir votre client, qu'il témoigne sous serment!"

La journée s'est toutefois terminée sur une note d'unité: l'ensemble des sénateurs ont applaudi, debout, un policier du Capitole qui a reçu une médaille pour ses actes de bravoure le jour de l'attaque.

Le procès reprendra samedi à 10 h. Si aucun nouvel élément n'est réclamé, ils pourront passer au vote.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL