L'opposant Alexeï Navalny condamné à trois ans et demi de prison — Russie

Claudine Rigal
Février 4, 2021

Il s'agit de la peine de prison la plus longue infligée à celui qui s'est imposé, en dix ans, comme le détracteur numéro 1 du Kremlin. Il a été reconnu coupable d'avoir violé son contrôle judiciaire.

Alexeï Navalny ayant déjà effectué une partie de la peine assigné à résidence, il risque environ deux ans et demi de détention.

" On en emprisonne un pour faire peur à des millions ", a protesté Alexeï Navalny, sous les yeux de sa femme Ioulia et de quelques journalistes et diplomates étrangers.

Avant de prendre la parole depuis sa cage en verre, Alexeï Navalny ne doutait pas mardi qu'il serait lourdement condamné: l'opposant au Kremlin de Vladimir Poutine a vu le sursis de sa peine de prison dans une vieille affaire être révoqué par un tribunal à Moscou. Ses précédentes détentions se comptaient en jour ou en semaines.

L'affaire examinée mardi concernait une plainte des services pénitentiaires qui accusaient M. Navalny de ne pas avoir respecté son contrôle judiciaire dans le cadre de sa condamnation avec sursis.

La chancelière allemande Angela Merkel a elle appelé à la fin de la répression des manifestations, tandis que le premier ministre britannique Boris Johnson a dénoncé un verdict " d'une pure lâcheté ".

L'opposant a néanmoins réussi à mobiliser des dizaines de milliers de partisans les 23 et 31 janvier dans une centaine de villes russes. Des milliers de manifestants ont été arrêtés à chaque fois.

Un tribunal moscovite a ordonné mardi l'emprisonnement pour près de trois ans de l'opposant Alexeï Navalny, entraînant la condamnation unanime de l'Occident, sur fond de répression d'un mouvement de contestation.

Josep Borrell doit se rendre à Moscou jeudi soir pour une visite de deux jours, jusqu'au 6 février et son déplacement est maintenu.

"La condamnation d'Alexei Navalny va à l'encontre des engagements internationaux de la Russie en matière d'État de droit et de libertés fondamentales".

En décembre, M. Navalny avait affirmé dans une vidéo avoir piégé au téléphone un agent du FSB qui révélait que le poison avait été appliqué sur un de ses sous-vêtements dans son hôtel en Sibérie.

"Nous n'acceptons pas sa condamnation".

Les Etats-Unis ont exprimé leur "profonde préoccupation", appelant la Russie à le libérer "immédiatement et sans conditions". " Le plus important dans ce procès est de faire peur à une quantité énorme de gens".

La prise de position de Josep Borrell suit la ligne des positions exprimées dans les capitales de l'UE.

Son avocat a annoncé qu'il ferait appel de ce jugement et les soutiens de l'opposant ont appelé à manifester dans le centre de Moscou.

Josep Borrel a confié lundi qu'il n'obtiendra "sans doute pas" la libération d'Alexei Navalny.

"Le ministère russe des Affaires étrangères a dénoncé des réactions occidentales " déconnectées de la réalité " et une ingérence " dans les affaires d'un État souverain ".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL