Un petit bol d'air pour l'Europe, qui reste sous forte pression — Vaccins

Claudine Rigal
Février 3, 2021

À charge pour les États de finaliser les commandes et d'acheminer les doses.

Ursula von der Leyen a, par sa communication, " créé une attente trop importante", " alors qu'on savait que tous les vaccins n'arriveraient pas en janvier", estime Éric Maurice, de la Fondation Robert Schuman.

Ursula von der Leyen a par ailleurs indiqué que Pfizer, Moderna et Astrazeneca, les trois laboratoires dont les vaccins contre le COVID-19 ont été homologués par l'Agence européenne des médicaments, allaient livrer au bloc communautaire 300 millions de doses supplémentaires de vaccins au deuxième trimestre.

Un premier contrat signé à l'automne prévoyait la livraison de 200 millions de doses avant septembre 2021, puis de 100 millions plus tard.

Un second contrat conclu le 8 janvier porte sur 300 millions de doses additionnelles, avec des livraisons débutant au deuxième trimestre. Des retards d'approvisionnement de vaccins ébranlent les stratégies européennes et nationales. Cette dernière décision a été saluée par Dublin. Et ce alors que d'autres pays comme le Royaume-Uni, mais également les États-Unis et Israël, avancent plus vite dans la vaccination. Leur campagne de vaccination "repose principalement sur un seul vaccin qui est AstraZeneca".

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a déclaré, mardi 2 février dans un entretien au Monde, vouloir faire toute la lumière sur ces rumeurs, mais également s'assurer que le laboratoire respecte bien ses engagements avec l'Union. Fustigée depuis dix jours pour les retards annoncés de livraisons de vaccins sur le Vieux Continent, la Commission européenne commence à toucher les premiers fruits de son forcing auprès des laboratoires.

Selon un document ministériel allemand, le vaccin Johnson&Johnson pourrait être approuvé dans l'UE fin février, suivi en mai par ceux de CureVac et Novavax.

Dans le cadre des préparatifs de son nouveau plan de biodéfense, Bruxelles prévoit d'établir une autorité européenne pour la réaction aux urgences sanitaires (HERA - Health Emergency Response Authority), afin de fournir une approche plus structurée de la préparation aux pandémies.

Selon la Commission, quelque 100 millions de doses du vaccin Johnson&Johnson pourraient être livrées d'ici fin septembre.

La " guerre " des vaccins s'opère sur fond de Brexit: cette réglementation soumettant les vaccins à une autorisation d'exportation a été demandée par plusieurs capitales en raison de " forts soupçons " sur le fait que des doses produites dans l'UE et réservées pour le marché européen partaient vers le Royaume-Uni.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL