Comment Donald Trump entretient l'idée d'un retour — Etats-Unis

Xavier Trudeau
Mars 3, 2021

Mais tous restent conscients de la force électorale d'un président arrivé au pouvoir en créant la plus grande surprise de l'histoire politique moderne. Après quatre ans de mandat Trump, les républicains ont perdu le contrôle du Congrès et de la Maison Blanche.

"Qui sait? Peut-être que je déciderai de les battre une 3e fois".

Lors de l'événement CPAC, il est monté sur scène pour se réjouir d'une longue ovation de la part des loyalistes, la grande majorité sans masque malgré la pandémie de coronavirus.

"Je me tiens devant vous aujourd'hui pour dire que l'incroyable voyage que nous avons entrepris ensemble est loin d'être terminé". "Et à la fin, nous gagnerons".

Joe Biden envisage également de réduire les changements apportés par Donald Trump au service postal américain.

Contrairement à Joe Biden, qui s'est fait vacciner en direct à la télévision le 21 décembre, quelques semaines avant son arrivée au pouvoir, Donald Trump n'avait jamais mentionné publiquement sa vaccination. "Il se rassemblera et sera plus fort que jamais".

Banni des réseaux sociaux, dont son canal de communication favori, Twitter, Donald Trump n'a pas oublié de s'en prendre à son successeur afin de se positionner comme son principal opposant. "Nous gagnerons", a-t-il déclaré.

Donald Trump prononcera son premier discours depuis son départ de la Maison Blanche le 20 janvier au CPAC la grand-messe des conservateurs américains
L'Avenir Trump redescend dans l'arène politique

Les partis politiques américains sont généralement confrontés à un bilan après une série de revers comme ceux que les républicains ont vus en quatre ans de Trump: perdre la Maison Blanche, le Sénat et la Chambre des représentants. Et c'est un ex-président marqué de la tache infâmante d'une mise en accusation ("impeachment"), pour incitation à l'insurrection dans l'attaque du Capitole, qui s'exprimait. Questionnés sur l'avenir du parti républicain, 95% d'entre eux se sont prononcés pour qu'il poursuive son programme populiste.

Celui qui se présente en faiseur de rois, courtisé jusque dans sa luxueuse résidence en Floride par des candidats pressentis, sera attendu au tournant. Vendredi, il a soutenu un ancien assistant contre un membre du Congrès de l'Ohio qui a voté pour le destituer. Mais les élus locaux restent très favorables à Donald Trump.

" La Cour suprême et les autres tribunaux n'ont rien voulu savoir", a ajouté l'ancien président, alors que les dizaines de recours engagés par sa campagne et ses partisans dans l'espoir d'inverser les résultats du scrutin de novembre ont échoué.

Selon un sondage mené dans la foule et publié juste avant son discours, près de 70% des participants voulaient qu'il se représente à la présidentielle. Il a affirmé que ce n'était pas nécessaire puisqu'il avait déjà le parti républicain.

Au cours de la Conservative Political Action Conference, Donald Trump a laissé planer le doute sur ses intentions face à la prochaine élection présidentielle: "Qui sait?". Donald Trump avait alors reproché à son colistier d'avoir "manqué de courage" en reconnaissant la victoire de Joe Biden.

"Vous devez actualiser vos performances". Qui l'aurait cru? On veut des républicains qui sont fidèles aux électeurs et qui seront au service de la vision que j'ai présentée, c'est tout simple!

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL