Emmanuel Macron s'exprimera ce mercredi soir — Coronavirus

Claudine Rigal
Марта 31, 2021

Face à ces données inquiétantes, Emmanuel Macron a donc décidé de prendre la parole ce mercredi 31 mars.

Cette fermeture concernerait l'ensemble des écoles du pays et pas seulement celles des départements touchés par les mesures de restriction renforcées.

- Les déplacements inter-régionaux seront par conséquent interdits également, sauf motif impérieux, mais à partir du 5 avril: une tolérance est mise en place pour le week-end de Pâques. A voir dans quelles mesures elles pourraient aussi concerner les territoires d'outre-mer.

"Dès la mi-mai, nous recommencerons à ouvrir avec certaines règles strictes".

Pour les Franciliens, les nouvelles annnonces concernent surtout l'éducation.

La semaine prochaine, l'enseignement se fera en distanciel dans les écoles, collèges, lycées, de tout le pays, avant un départ en vacances commun à toutes les zones au soir du vendredi 9 avril.

La proposition faite par la présidente ex-LR de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, d'avancer les vacances de printemps prévues à partir du 17 avril, pour fermer les écoles durant un mois est regardée de près à l'Elysée.

Plus que jamais, Emmanuel Macron compte sur une arrivée massive de vaccins en avril pour surmonter la crise, en suivant l'exemple du Royaume-Uni qui commence à entrevoir le bout du tunnel.

"Toutes ces mesures ne concernent pas cependant, comme lors du premier confinement, les enfants des soignants et de quelques autres professions, de même que les enfants en situation de handicap". Les étudiants peuvent se rendre à l'université un jour par semaine.

Ainsi, le 26 avril, les élèves de maternelle et de primaire pourront faire leur rentrée. Les collégiens et les lycéens retourneront dans leur établissement la semaine du 3 mai, "avec des jauges adaptées".

Autre annonce très attendue: le calendrier de vaccination.

Selon lui, une attention particulière doit être portée au télétravail, "sans doute la mesure la plus efficace", et doit être "systématisé".

En outre, 73% des sondés disent qu'ils respecteront scrupuleusement le couvre-feu à 19 heures, et 72% l'obligation de télétravailler lorsque cela est possible (contre 78% fin octobre).

Les Français s'attendent à de nouvelles semaines difficiles.

À l'hôpital, les établissements sont sous une très forte tension. Le nombre de malades en réanimation a grimpé à 5 072, au-delà des capacités hospitalières normales et du pic de la deuxième vague de novembre. En Île-de-France, les services de réanimation sont au complet avec 1 484 personnes hospitalisées. "Leurs chiffres sont probablement surestimés, mais juste un peu surestimés", estime néanmoins Jean-Stéphane Dhersin, modélisateur à l'Institut national des sciences mathématiques dans le même média. Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a laissé entendre que la fermeture était imminente mercredi au Sénat: "C'est une chance pour la France que d'avoir eu ses écoles ouvertes de septembre à aujourd'hui".

D'autres rapports

Discuter de cet article