Fusillade dans des salons de massage asiatiques, des interrogations demeurent — USA

Claudine Rigal
Mars 17, 2021

À Atlanta, la capitale de la Géorgie, où a eu lieu la deuxième fusillade peu avant 18 heures, heure locale, au salon de massage Spa Gold, la police, intervenue pour un "vol qualifié en cours", a trouvé trois femmes abattues, a déclaré à la presse le chef de police Rodney Bryant.

S'il est trop tôt pour savoir si ces attaques avaient un mobile raciste, elles sont intervenues dans un contexte de recrudescence des actes anti-asiatiques aux États-Unis. La première fusillade a eu lieu à 50 kilomètres d'Atlanta, à 17 heures, heure locale, faisant quatre morts et deux blessés.

Ensuite, une autre attaque s'est déroulée un peu plus tard dans deux salons voisins d'Atlanta faisant quatre autres victimes, encore des femmes d'origine asiatique.

"A leur arrivée, les policiers ont retrouvé trois femmes décédées à l'intérieur (du salon de massage) de blessures par balle visibles. Toujours sur place, les policiers ont été informés de tirs effectués de l'autre côté de la rue" rapportent les autorités dans un communiqué rendu public il y a quelques heures.

Avant de préciser: "Les preuves vidéo visionnées par les enquêteurs, suggèrent qu'il est hautement probable que notre suspect soit le même que celui du comté de Cherokee, qui est en détention".

Un suspect, Robert Aaron Long, âgé de 21 ans, a été appréhendé à l'issue d'une course poursuite, à plus de 240 km au sud d'Atlanta. La police fédérale américaine, le FBI, participe également à l'enquête.

Six victimes d'origine asiatique. Les quatre victimes des deux autres fusillades sont aussi d'origine asiatique, selon le journal qui cite la police.

Un homme est en garde à vue après trois fusillades distinctes ayant fait au moins huit morts, dont six femmes d'origine asiatique, dans la banlieue d'Atlanta, mardi.

Ces fusillades résonnent aussi avec le discours à la tonalité grave du président Joe Biden jeudi dernier. Selon les militants antiracistes, le ressentiment a été alimenté par le discours de l'ancien président Donald Trump, qui désignait souvent le coronavirus comme le "virus chinois".

Plus de 2 800 actes racistes et discriminatoires, parfois non-physiques, visant des Américains d'origine asiatique ont été dénoncés en ligne à travers les États-Unis, entre mars et décembre, d'après l'association Stop AAPI Hate. Son mobile n'a pas encore été établi. Elles interviennent dans un contexte de recrudescence des attaques recensées ces derniers mois contre des Américains d'origine asiatique.

"Les attaques de ce soir contre les membres de la communauté Asiatique-Américaine de Géorgie sont absolument horrifiantes".

Il a été placé en garde à vue.

"Les meurtres tragiques d'aujourd'hui à Atlanta réaffirment la nécessité d'agir et de protéger TOUTES les minorités marginalisées d'Amérique contre le racisme", a tweeté le célèbre avocat Ben Crump, connu pour représenter les proches de George Floyd.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL