La théorie du laboratoire "extrêmement improbable", selon l’OMS — Origine du Covid

Pierre Vaugeois
Mars 29, 2021

Après avoir passé quatre semaines en Chine, les experts de l'OMS ont rendu ce lundi 29 mars leur rapport sur leur enquête concernant les origines du Covid-19. Si les premiers cas ont été officiellement recensés en 2019, certains experts se sont interrogés sur la possibilité que les premiers cas soient apparus avant, sans que l'on s'en aperçoive.

Membre de la mission, la virologue néerlandaise Marion Koopmans a affirmé lundi dans un tweet que le rapport est " un bon début ". Selon une étude conjointement menée par l'OMS et certains experts chinois, l'hypothèse selon laquelle la transmission du virus à l'homme soit passée par un animal intermédiaire " probable à très probable ".

Cela confirme les premières conclusions des experts présentées lors d'une conférence de presse le 9 février à Wuhan, l'agglomération chinoise considérée comme l'épicentre de la nouvelle maladie. L'étude conjointe des experts de l'agence onusienne et chinois a conclu que la transmission du virus à l'homme par un animal intermédiaire était "probable à très probable".

Selon les résultats obtenus et annoncés aujourd'hui par l'Organisation, l'hypothèse de la transmission du virus à l'homme via un animal est "très probable", écartant ainsi l'hypothèse d'un virus échappé d'un laboratoire est en revanche écartée.

Leur mission, jugée extrêmement importante pour tenter de mieux lutter contre une possible prochaine épidémie, a eu du mal à se mettre en place, la Chine semblant très réticente à laisser venir ces spécialistes mondiaux de diverses disciplines comme l'épidémiologie, mais aussi la zoologie.

La fuite du virus d'un laboratoire est une hypothèse " extrêmement improbable " a précisé le rapport de l'organisme mondial chargé des questions sanitaires. A en croire la recommandation qui a été faite, les études devront se poursuivre sur la base des différentes hypothèses sauf celles relative à une transmission suite à un accident de laboratoire.

Comme un pied de nez à Donald Trump: l'administration de l'ancien président américain avait en effet accusé l'Institut de virologie de Wuhan, qui mène des recherches sur des pathogènes très dangereux, d'avoir laissé s'échapper le coronavirus, volontairement ou non.

Le document indique par ailleurs que les études de la chaîne d'approvisionnement du marché de Huanan (et d'autres marchés de Wuhan) n'ont pas permis de trouver " des éléments de preuves de la présence d'animaux infectés, mais l'analyse des chaînes d'approvisionnement a fourni des informations " utiles pour des études de suivi ciblées, notamment dans des régions voisines. Les experts appellent également à "ne pas négliger les produits d'origine animale provenant de régions situées en dehors de l'Asie du sud-est".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL