Charles Michel se justifie face aux nombreuses critiques — sofagate

Alain Brian
Апреля 9, 2021

Le service du protocole du Conseil européen, institution présidée par Charles Michel, a fait valoir jeudi qu'il n'avait pas eu accès au préalable à la salle de réunion.

Alors que les trois officiels doivent s'entretenir dans le palais présidentiel à Ankara, le protocole n'est pas respecté.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen avait été placée mardi par le protocole en retrait sur un divan lors d'une réunion des présidents des institutions de l'UE avec le chef d'Etat turc Recep Tayyip Erdogan, ce qui a provoqué beaucoup de ressentiment mais aussi des frictions à Bruxelles.

La scène avait été filmée et largement diffusée sur les réseaux sociaux. Sous le hashtag #Sofagate, plusieurs personnalités ont dénoncé l'inégalité de traitement entre les deux chefs des institutions européennes, et le caractère sexiste de l'incident. Être un homme Feministe c'est refuser ce privilège injuste. Le mépris d'#Erdogan pour l'Europe et ses valeurs démocratiques, égalitaires, en une image. L'humiliation a assez duré.

Le porte-parole d'Ursula von der Leyen, Eric Mamer, a expliqué qu'elle avait décidé de "passer outre" sur le moment, peut-on lire sur Le Monde. Quant à Ursula von der Leyen, elle a été "clairement surprise", admet le porte-parole de la Commission, Eric Mamer, pour qui "il est évident que [les deux présidents] devraient être traités de la même façon ".

Il a appelé à ne pas exagérer l'importance donnée à cet événement, répété que Mme Von der Leyen avait choisi de se focaliser sur la substance de la réunion et qu'elle avait demandé à ses services de veiller à ce qu'à l'avenir, "les missions se déroulent selon une conception commune des mesures protocolaires". "De son côté, un responsable turc a indiqué qu'" aucune disposition n'a été prise en dehors de celles demandées par une délégation de l'UE qui a préparé la visite ". La visite avait été préparée par l'ambassadeur de l'UE à Ankara.

Mais les internautes se sont amusés à retrouver les photos d'anciennes rencontres: le président du Conseil (alors Donald Tusk) et celui de la Commission (alors Jean-Claude Junker) encadrant, chacun dans un fauteuil, le président Erdogan.

Charles Michel a réagi sur Facebook, déclarant qu'en "dépit d'une volonté manifeste de bien faire, l'interprétation stricte par les services turcs des règles protocolaires a produit une situation désolante: le traitement différencié, voire diminué, de la présidente de la Commission européenne". Plus tard, il s'est défendu d'avoir été "insensible " à cette situation: "Rien n'est plus éloigné ni de la réalité, ni de mes sentiments profonds", a-t-il assuré.

Cette rebuffade intervient à un moment diplomatique délicat, alors que l'Union européenne et la Turquie cherchent à renouer leurs relations après une année de tensions. "Je suis profondément inquiète du fait que la Turquie se soit retirée de la Convention d'Istanbul", avait-elle lancé.

Les images de la rencontre à Ankara "font mal" et montrent "quelque chose d'organisé", a accusé le secrétaire d'État français aux Affaires européennes Clément Beaune. "Je ne veux pas d'une Europe naïve, fragile et donc là je crois qu'on a affaire à des interlocteurs, le président turc, qui eux connaissent la force des images, la valeur des symboles", a-t-il ajouté. "C'est un affront qu'on corrigera, mais il ne faut pas laisser faire ce genre de choses", a-t-il ajouté sur BFM Business, dès mercredi soir. Et fier aussi qu'une femme, la première de l'histoire, m'ait succédé comme Première ministre de Belgique. "D'abord, ils se retirent de la Convention d'Istanbul et maintenant ils laissent la présidente de la Commission européenne sans siège lors d'une visite officielle".

La présidente du groupe des Socialistes et démocrates, l'Espagnole Iratxe Garcia Perez a également demandé l'audition des présidents des deux institutions "pour clarifier ce qui s'est passé" et voir "comment faire respecter les institutions européennes". Si la bassesse d'Erdogan ne surprend plus, l'apathie et l'attitude de #CharlesMichel sont scandaleuses!

D'autres rapports

Discuter de cet article