Des ministres convives de dîners clandestins ? Darmanin demande une enquête

Solenn Plantier
Апреля 5, 2021

Une séquence d'une enquête sur les dîners clandestins, diffusée vendredi dans le 19h45 de M6, suscite de nombreuses réactions ce week-end. "On est encore en démocratie, on fait ce que l'on veut", a-t-il ajouté. Dans ce reportage, un organisateur anonyme de dîners clandestins de luxe à Paris déclare avoir "dîné cette semaine" avec "un certain nombres de ministres" dans "deux ou trois" restaurants "clandestins", au mépris des restrictions en vigueur face à l'épidémie de Covid-19.

La chaîne a aussi obtenu des images d'une soirée payante, où des dizaines de convives apparaissent sans masque, certains se faisant la bise. Des plans tournés en caméra cachée dans un autre lieu, un "restaurant clandestin situé dans les beaux quartiers", selon M6, mettent en évidence des participants et des serveurs sans masques. Alors ça me fait doucement rigoler. Si ces faits sont "vérifiés", Gérald Darmanin appelle le préfet de police de Paris, Didier Lallement, à engager des poursuites contre les "organisateurs" et les "participants" de ces soirées, alors que les restaurateurs maintiennent leurs établissements fermés dans l'Hexagone depuis le 30 octobre dernier. Le procureur de Paris Rémy Heitz a ouvert dimanche une enquête pénale après un reportage de M6 sur de telles agapes interdites, alors qu'un organisateur s'est finalement rétracté après avoir affirmé anonymement que des ministres y participaient.

Au vu des images de M6 et de leurs précédentes publications sur les réseaux, cet homme a été identifié par plusieurs médias et internautes comme Pierre-Jean Chalençon, propriétaire du "Palais Vivienne", situé dans le centre de Paris. Rémy Heitz a "saisi ce jour la Brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne d'une enquête des chefs de mise en danger d'autrui et de travail dissimulé", a indiqué le parquet de Paris, sollicité par l'AFP.

Dimanche, la polémique a fait réagir Twitter, sous le mot-dièse #OnVeutLesNoms, mais aussi les ministres dans les émissions dominicales.

"Tous les ministres respectent la règle", a lui affirmé dimanche le ministre de l'Économie Bruno Le Maire dans Le Grand Jury ce LCI/RTL/Le Figaro, estimant qu'il n'y avait de "passe-droit pour personne".

" Tous les ministres, sans exception, respectent la règle, aucun n'estime avoir droit à quelque passe-droit que ce soit", a insisté M. Le Maire.

"Si des ministres ou des députés ont enfreint les règles, il faut qu'ils aient des amendes et qu'ils soient pénalisés, comme importe quel citoyen", a répondu de son côté Marlène Schiappa, la ministre déléguée à la Citoyenneté, invitée du Grand rendez-vous Europe1-Les Echos-CNews.

D'autres rapports

Discuter de cet article