Des ministres dans des dîners clandestins? Une enquête ouverte, l'accusateur se renie

Alain Brian
Avril 5, 2021

"C'est ainsi que quand celui-ci précise qu'il dîne avec des ministres dans des restaurants clandestins, il manie avec brio le sens de l'absurde...", a déclaré Me Jean-Luc Chetboun, dans un communiqué à l'AFP.

C'est un reportage du "19 h 45" diffusé sur M6 qui révèle l'existence de dîners clandestins luxueux en pleine crise du coronavirus.

Des images de l'une de ses soirées payantes montrent plusieurs dizaines de convives présents, ne respectant pas les gestes barrières. On est en démocratie.

Dans ce reportage, un homme présenté comme un " collectionneur renommé " proche des stars, prend la parole: " J'ai dîné cette semaine dans deux ou trois restaurants qui sont justement des restaurants soi-disant clandestins, avec un certain nombre de ministres. "Alors ça me fait doucement rigoler ". Si ces faits sont "vérifiés", Gérald Darmanin appelle le préfet de police de Paris, Didier Lallement, à engager des poursuites contre les "organisateurs" et les "participants" de ces soirées, alors que les restaurateurs maintiennent leurs établissements fermés dans l'Hexagone depuis le 30 octobre dernier. "On fait ce qu'on veut". Seulement voilà, si le lieu n'a pas été dévoilé par le reportage, les internautes peuvent parfois se montrer de redoutables enquêteurs et certains ont semble-t-il reconnu le Palais Vivienne, prestigieux hôtel particulier dont Pierre-Jean Chalençon est le propriétaire.

Pierre-Jean Chalençon accusé d'organiser des soirées clandestines ? Le collectionneur prend la parole !
En France, plusieurs ministres auraient participé à des dîners clandestins

Saisie par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, la préfecture de police de Paris a ouvert une enquête administrative. Les images du reportage ont provoqué de nombreuses réactions de colère et de surprise, notamment sur les réseaux sociaux.

" Il n'y a de passe-droit pour personne et je serais curieux que ce restaurateur donne le nom des ministres s'il est si bien informé que cela", a lancé le ministre de l'Économie Bruno Le Maire, au micro du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro ce dimanche midi. "Si des ministres ou des députés" ont participé à des soirées illégales, "il faut qu'ils soient pénalisés comme n'importe quel citoyen", en écopant d'"amendes", a estimé la ministre déléguée à la Citoyenneté dans "Le Grand Rendez-vous Europe 1-Les Échos-CNews" - une contravention de 135 euros est prévue a minima pour participation à une "réunion interdite" sous état d'urgence sanitaire.

Le procureur de la République, Rémy Heitz, a annoncé dimanche en fin de journée avoir saisi " la Brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne d'une enquête des chefs de mise en danger d'autrui et de travail dissimulé ", afin de " vérifier si des soirées ont été organisées en méconnaissance des règles sanitaires et de déterminer quels en ont été les éventuels organisateurs et participants ".

" Tous les ministres, sans exception, respectent la règle, aucun n'estime avoir droit à quelque passe-droit que ce soit", a insisté M. Le Maire.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL