Dix anciens militaires arrêtés pour avoir critiqué un projet d'Erdogan — Turquie

Claudine Rigal
Апреля 7, 2021

La lettre des anciens amiraux est considérée comme l'intervention de militaires la plus importante en politique depuis lors.

Une vidéo montre les dirigeants réunis dans une salle de réunion ornée à Ankara, Erdogan et le président du Conseil européen Charles Michel s'installant sur des chaises dorées, tandis que la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen semble ne pas savoir où elle doit s'asseoir. "Dans un pays dont l'histoire est émaillée de coups, cela est inacceptable", a-t-il ajouté.

De hauts responsables turcs avaient condamné dimanche la lettre ouverte signée par plus de 100 amiraux retraités alertant contre la menace que pourrait représenter selon eux le projet de "Canal Istanbul", porté par le président Recep Tayyib Erdogan, pour un traité qui garantit le libre passage par le détroit du Bosphore.

Le gouvernement argue que ce canal permettrait de doter Istanbul d'un nouveau pôle d'attractivité en plus de soulager le Bosphore, l'un des détroits les plus congestionnés du monde. Selon certains observateurs, une remise en question éventuelle du traité par le biais du Canal Istanbul pourrait faciliter l'accès des navires de guerre américains en Mer Noire. Celle-ci garantit la libre circulation de navires civils dans les détroits du Bosphore et des Dardanelles, en temps de paix mais également en temps de guerre.

Ils ont été placés en garde à vue pour avoir critiqué publiquement ce que Recep Tayyip Erdogan lui-même qualifie de "projet fou". Les 103 officiers en retraite redoutent que ce projet ne remette en cause la convention de Montreux de 1936, qui consacre la souveraineté de la Turquie sur ses détroits. " Nous n'œuvrons pas et n'avons pas l'intention de l'abandonner". Quatre autres anciens officiers n'ont pas été arrêtés du fait de leur âge, mais ils ont reçu l'ordre de se présenter à la police d'Ankara dans les trois prochains jours.

Les autorités turques se basent sur la doctrine de Cem Gürdeniz pour justifier leurs ambitions maritimes à l'origine des tensions entre la Turquie et la Grèce.

M. Gürdeniz est aussi connu pour sa prise de position pour une alliance " eurasianne " qui implique un rapprochement de la Turquie avec la Russie, l'Iran et la Chine plutôt qu'avec ses partenaires occidentaux.

Dès la publication du texte, les officiels turcs ont estimé que la méthode " rappelait l'époque des coups d'État " dans un pays où les militaires se sont longtemps arrogé le droit de renverser les gouvernements.

Après avoir mené des réformes ayant considérablement réduit le poids des militaires, le chef de l'Etat turc a survécu en juillet 2016 à une tentative de coup d'Etat menée par des militaires factieux, qu'il a imputée aux partisans du prédicateur Fethullah Gülen, basé aux Etats-Unis.

L'approbation par la Turquie, le mois dernier, de plans visant à développer à Istanbul un canal de navigation comparable à ceux de Panama ou de Suez a ouvert le débat sur la convention de Montreux.

Avant les militaires, 126 anciens ambassadeurs turcs ont aussi mis en garde contre un éventuel retrait d'Ankara de la Convention de Montreux.

D'autres rapports

Discuter de cet article