L'ancien prince héritier de Jordanie accusé de préparer un complot

Evrard Martin
Avril 5, 2021

RABAT-SA MAJESTE LE ROI Mohammed VI a appelé le roi de Jordanie pour lui exprimer son soutien. Ce petit pays discret de dix millions d'âmes cerné par de célèbres voisins - Israël, la Syrie, l'Irak et l'Arabie saoudite - revient soudain sous les feux de l'actualité car un coup d'État y a été déjoué samedi soir.

Le prince Hamza, demi-frère du roi Abdallah II, et plusieurs personnes dont deux ayant occupé des postes à responsabilités en Jordanie sont accusées d'avoir porté atteinte à la sécurité du royaume, a affirmé dimanche 4 avril le vice-Premier ministre jordanien, Ayman Safadi.

Les enquêtes préliminaires ont prouvé l'existence de communications entre des personnes du cercle du prince Hamza transmettant des allégations et des messages à des " organes à l'étranger ", comprenant la soi-disant " opposition à l'étranger ", pour les utiliser à inciter à l'encontre de la sécurité intérieure et à déformer les réalités, a poursuivi le responsable jordanien.

Hamza est le fils aîné du roi Hussein, décédé en février 1999, et de son épouse américaine, la reine Noor, née Lisa Halaby.

Elles ont notamment permis de détecter qu'une agence de renseignement étrangère avait contacté l'épouse du prince Hamza pour mettre à disposition un avion permettant au couple de quitter la Jordanie, a-t-il précisé.

Le prince Hamza, âgé de 41 ans, est le demi-frère de l'actuel roi de Jordanie, Abdallah II.

Le prince Hamza serrant la main du roi Abdallah ll en 2004
Jordanie : des arrestations, l’ex-prince héritier assigné à résidence

Devant la presse, il a souligné que les services de sécurité avaient recommandé au roi de renvoyer ces suspects devant la cour de sûreté de l'Etat.

Samedi, le chef de l'état-major de l'armée jordanienne a rendu visite au prince Hamza en le mettant en garde contre des actions visant "la sécurité et la stabilité" du pays. " L'émir Hamza Ibn Al Hassine a été placé en résidence surveillée dans son palais à Amman". Accusé d'activités visant la sécurité du Royaume, ce qu'il réfute dans une vidéo transmise à la BBC, le prince héritier a nié avoir pris part à un complot et accuse les autorités de son pays, " de corruption et d'incompétence ". "Il n'est autre que le frère du Roi Abdallah II", explique encore la même source.

Bien que marginalisé depuis des années, le prince Hamza irrite les autorités par les efforts qu'il déploie pour nouer des liens avec des responsables de tribus puissantes. Ces personnalités appellent depuis plusieurs semaines à des manifestations contre la corruption et les autorités, réprimées par le gouvernement.

" Cependant, le roi a décidé qu'une conversation devait avoir lieu avec le prince Hamza, afin de traiter la question dans le cadre de la famille hachémite, pour le dissuader de poursuivre ses activités qui (...) sont exploitées pour altérer la sécurité de la Jordanie et des Jordaniens et qui constituent une rupture avec les traditions et les valeurs de la famille hachémite", a ajouté le ministre.

Le département d'Etat américain a aussi réagi en assurant que le roi Abdallah était un "partenaire clé" des États-Unis et qu'il "bénéficiait de [leur] soutien total".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL