Vaccin AstraZeneca : 550 doses n'ont pas trouvé preneur à Calais samedi

Alain Brian
Апреля 5, 2021

A contrario, samedi matin, les 560 doses de Pfizer/BioNtech avaient toutes été écoulées, selon La Voix du Nord. Les désistements se sont multipliés tout le week-end et encore en ce début de semaine.

À voir aussi - Causes, symptômes, risques. C'est pourquoi sur LCI, l'élue Les Républicains a noté avec fatalisme que parmi ses administrés "nombreux sont ceux qui refusent très clairement de se faire vacciner avec ce vaccin et préfère attendre les semaines ou mois qui viennent". "Pfizer ou AstraZeneca, c'est la même chose". Parallèlement, des vaccins seront assurés par le secteur privé, notamment le russe Spoutnik V et le chinois Sinopharm.

"Il faut vraiment une campagne nationale pour expliquer que ce vaccin n'a pas plus de conséquences négatives que le Pfizer ou le Moderna", insiste-t-elle, pointant une "très mauvaise communication qui a des conséquences lourdes", avec des annulations de rendez-vous à Calais mais aussi Boulogne-sur-Mer et Gravelines. "À Calais, il n'y a d'ailleurs pas eu d'effets secondaires graves signalés", rappelle la maire, qui avertit: "le taux d'incidence ne fait qu'augmenter dans notre département, la vaccination est indispensable".

Plus de deux millions de doses de vaccin contre la COVID-19 doivent être livrées au Canada cette semaine, dont 318 000 de la marque Oxford-AstraZeneca qui parviendront du programme international de partage COVAX.

Dimanche 4 avril, lors d'une visite à l'hippodrome de Marcq-en-Baroeul (Nord) transformé en centre de vaccination, le ministre de l'Intérieur de Gérald Darmanin a pris le pouls de cette inquiétude et tenté de rassurer. "Pour la journée, au final, on avait potentiellement entre 750 et 900 doses (en fonction du nombre de doses par flacon). Les "600 doses restantes" ont dû être rendues" à la pharmacie centrale de l'hôpital de Calais qui gère les approvisionnements de vaccins du littoral.

"Nous devons évidemment faire attention aux craintes de Français mais le meilleur rempart contre ce virus qui tue tous les jours", a-t-il ajouté. D'autant que selon un des médecins qui y officie, ce week-end de Pâques était le dernier pour les primo-injections.

D'autres rapports

Discuter de cet article