Macron s'attaque aux femmes africaines

Solenn Plantier
Juillet 11, 2017

Pour joindre l'acte à la parole et inciter les autres partenaires au développement à investir en Afrique, l'Allemagne avait annoncé lors de la conférence de Berlin sur le partenariat avec l'Afrique, une enveloppe de 300 millions d'euros d'aides supplémentaires aux pays notamment soucieux de lutter contre la corruption en Afrique. Se sentant peut-être piqué par l'initiative de l'ami mais concurrent allemand, Emmanuel Macron a donc voulu se justifier. Un problème "civilisationnel", selon lui.

Après les déclarations incroyables de Nicolas Sarkozy qui considérait que l'homme africain n'était pas assez entré dans l'histoire (malgré la grandeur des différentes civilisations au fil de la préhistoire et de l'histoire), c'est au tour du nouveau président français, Emmanuel Macron de faire une déclaration méprisante concernant les africains.

"Le défi de l'Afrique, c'est totalement différent, c'est beaucoup plus profond, c'est civilisationnel, aujourd'hui", a déclaré le président français. Les États faillis, les transitions démocratiques complexes, la transition démographique qui est, je l'ai rappelé ce matin, l'un des défis essentiels de l'Afrique. "Sous-développement: quand Macron s'attaque au ventre des femmes africaines", a enchaîné lundi 10 juillet Libération. Dans cet ouvrage, elle met en lumière un scandale des années 1970 survenu sur l'île de la Réunion, où les femmes étaient contraintes aux avortements forcés et aux stérilisations par des médecins blancs, sans consentement. "On rend les femmes du tiers-monde responsables du sous-développement, écrit-elle. En réalité, on inverse la causalité: la plupart des études prouvent aujourd'hui que c'est le sous-développement qui entraîne la surpopulation". "Principaux exportateurs de matières premières, ces pays subissent toujours les conséquences de la chute des cours, doivent faire face à des conditions de financement moins favorables et réajuster leur cadre macroéconomique".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL