Del Ponte démissionne de la commission sur la Syrie

Claudine Rigal
Août 7, 2017

"J'ai décidé de présenter ma démission". "Je suis résignée", a lancé l'ancienne procureure générale des Tribunaux internationaux pour l'ex-Yougoslavie et le Rwanda.

"Je quitte cette commission qui n'est portée par aucune volonté politique", a-t-elle ajouté. L'ancienne procureure de la Confédération va jusqu'à affirmer que sa présence au sein de la commission de l'ONU n'était plus qu'un "alibi".

"Je n'ai aucun pouvoir tant que le Conseil de sécurité ne fait rien", a-t-elle lancé.

Elle a néanmoins précisé qu'avant de quitter son poste elle participera encore à la session du Conseil des droits de l'Homme qui aura lieu en septembre à Genève. "Nous sommes impuissants, il n'y a pas de justice pour la Syrie", dit-elle aussi.

Formée en 2011, la commission a émis des rapports réguliers sur les violations des droits de l'homme en Syrie, mais ses appels au respect du droit international sont largement restés lettre morte.

Sa déclaration a fait l'objet de nombreuses questions de la part du public présent à Locarno, qui s'attendait à assister à une présentation du combat de la Tessinoise pour la mise en place d'un tribunal ad hoc pour les crimes en Syrie.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL