Israël frappe des infrastructures militaires dans l'ouest de la Syrie

Claudine Rigal
Septembre 7, 2017

L'armée de l'air israélienne a mené, dans la nuit de mercredi à jeudi 7 septembre, plusieurs raids contre une infrastructure militaire syrienne, près de Mesyaf.

Mesyaf est une localité située à environ 60 km à l'est de la ville côtière de Tartous, où se trouve une base navale russe.

" Des avions de guerre israéliens ont tiré à 02h42 des missiles depuis l'espace aérien libanais, ciblant une de nos positions militaires à proximité de Mesyaf, et ont provoqué des dégâts matériels et la mort de deux membres du site", a indiqué l'armée syrienne dans un communiqué.

Ces frappes interviennent au lendemain de l'accusation portée, pour la première fois, par des enquêteurs de l'ONU concernant l'attaque chimique à Khan Cheikhoun, le 4 avril.

"L'armée syrienne met en garde contre les sérieuses répercussions de tels actes d'agression sur la sécurité et la stabilité de la région", a ajouté le texte.

"Le centre de recherche a certainement été endommagé par les frappes".

En Israël, aucune déclaration officielle n'a été faite sur ces frappes. " De son côté, l'ancien chef du renseignement militaire Amos Yadlin s'est réjoui sur Twitter: " Si c'est une attaque israélienne, elle marque enfin une prise de position morale au sujet du massacre en Syrie.

Des installations du Centre d'études et de recherches scientifiques sont identifiées de longue date comme lieu de production d'armes chimiques.

Constatant le retrait américain dans la crise syrienne et l'extension des zones d'influence de l'Iran, Israël tient à ses lignes rouges.

"Toutes les preuves disponibles permettent de conclure qu'il existe des motifs raisonnables de croire que les forces aériennes ont lancé une bombe dispersant du gaz sarin", écrivent les enquêteurs, qui ont recueilli des milliers de témoignages de victimes, de documents et de photos satellites.

Damas a assuré à plusieurs reprises avoir remis tous ses stocks d'armes chimiques, conformément à un accord conclu en 2013 sous les auspices de la Russie.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL