Pékin "proteste vigoureusement" auprès de Séoul — Bouclier américain Thaad

Claudine Rigal
Septembre 7, 2017

Le déploiement du THAAD sera ainsi achevé six mois après l'arrivée à la base aérienne d'Osan le 6 mars dernier des deux premiers lanceurs, qui sont actuellement en opération, et 14 mois après l'annonce officielle par les alliés de leur décision de faire venir le système au Sud.

Le ministère sud-coréen de l'Environnement a décidé d'approuver sous condition une évaluation de l'impact du bouclier anti-missile américain THAAD sur l'environnement, en prévision du lancement de travaux de construction sur son site et du déploiement éventuel de quatre autres lanceurs, ont rapporté lundi les médias sud-coréens. Des affrontements avec la police ont eu lieu, relate l'agence de presse sud-coréenne Yonhap.

Les protestataires s'attachaient avec des chaînes aux véhicules miliaires ou déclenchaient des bagarres avec les policiers.

Des habitants de la zone et des militants politiques critiquent depuis longtemps ce déploiement qui, selon eux, augmente les tensions dans la péninsule et fait de cette région une cible en cas de conflit armé avec le Nord.

Ces développements s'inscrivent dans le contexte des récents tests balistiques et nucléaire du régime isolé nord-coréen, et d'une rhétorique sévère de la part des dirigeants nord-coréen, Kim Jong-un, et américain, Donald Trump. "De nouveau, nous demandons à la Corée du Sud et aux Etats-Unis de prendre au sérieux les inquiétudes sécuritaires et les intérêts de la Chine (.), de cesser le déploiement en cours et de retirer tous les équipements en question", a déclaré Geng Shuang, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Conçu par le géant américain de l'armement Lockheed Martin, le bouclier antimissile Thaad permet d'atteindre des missiles longue portée se trouvant dans un rayon de 200 km et à une altitude de 150 km. Cela rend possible la destruction d'engins balistiques dans la phase terminale de vol.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL