Un médecin radié pour avoir traité un cancer avec du radis noir

Evrard Martin
Octobre 25, 2017

Soignée pour un cancer du sein, Claudie F. habitante de Grasse avait porté plainte le 20 septembre 2012 contre son médecin homéopathe. Un médecin exerçant dans le sud-est de la France a été radié pendant deux ans par le Conseil national de l'Ordre des médecins pour avoir prescrit un traitement homéopathique à l'une des patientes, atteinte d'un cancer du sein. Après son décès en 2013, sa famille prend le relais pour mettre en lumière les manquements déontologiques de ce professionnel de santé.

Cette affaire ressortie au prétexte d'un dossier du journal sur la question de l'homéopathie pose le problème des obligations du médecin envers son patient, y compris quand celui-ci rejette les prescriptions dictées par l'état de l'art médical.

Il lui est aussi reproché d'avoir floué sa patiente en lui faisant croire qu'elle pourrait guérir en échappant au traitement lourd (chimiothérapie).

De son côté, le médecin assure que sa patiente connaissait les "limites" de ce traitement homéopathique et qu'il l'avait incitée à consulter des médecins qui la suivaient dans un service de cancérologie.

Les faits sont là.

Dans les conclusions du rapport, l'Ordre des médecins a précisément reproché à ce médecin de ne pas avoir prescrit d'autres examens à sa patiente.

Il aurait notamment procédé à 28 injections de Viscum album (plus connu sous le nom de gui) dans le sein atteint de la tumeur cancéreuse et se "serait borné à faire appel à des traitements homéopathiques à base de radis noir, chardon marie, noyer", rapporte le quotidien.

Pour sa défense le praticien s'est inscrit en faux, expliquant qu'il avait conseillé à la patiente de se tourner vers un cancérologue. Problème, l'état de santé de la malade ne s'est pas dégradé d'un coup. L'Ordre des médecins a décidé de le radier pour 2 ans, et ce, depuis le 1er août 2016.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL