Les Républicains : Brice Hortefeux fustige "l'aventure solitaire" de Xavier Bertrand

Pierre Vaugeois
Décembre 16, 2017

Le nouveau président du parti Les Républicains doit désormais prouver qu'en additionnant les recettes perdantes de ses prédécesseurs, il réussira à faire mieux qu'eux, estime, dans sa chronique, Gérard Courtois, éditorialiste au " Monde ". Une liste de quatorze noms pour illustrer le renouveau et le rassemblement à la tête de LR, alors que le président de la région Hauts-de-France mais aussi celle d'Île-de-France, Valérie Pécresse, l'accusent depuis des mois de conduire à un rétrécissement de la droite.

Soucieux de montrer qu'" une page se tourne " après plusieurs lourdes défaites électorales, désireux aussi de faire oublier qu'il n'est pas un homme neuf, le nouveau patron de LR a renouvelé l'équipe dirigeante en profondeur.

J.C Lagarde, président de l'UDI, avait déjà au préalable évoqué le fait qu'aucune alliance ne serait possible avec LR en cas de victoire de Laurent Wauquiez.

Laurent Wauquiez est entouré de trois vice-présidents: Virginie Calmels, première adjointe au maire de Bordeaux et animatrice du club libéral " DroiteLib'", Guillaume Peltier et Damien Abad.

Enfin, le sarkozyste Daniel Fasquelle, dont la candidature n'avait pas non plus été retenue, devrait rester trésorier. Le premier est un représentant de l'aile droite du parti; le second est issu de l'UDF.

Annie Genevard, proche de l'ancien candidat à l'élection présidentielle François Fillon, est nommée secrétaire générale. A ses côtés: Geoffroy Didier, le vice-président de la région Ile-de-France.

Les fillonistes Valérie Boyer et Sophie Primas avaient en outre soutenu lors du congrès de 2012 la motion " La Droite sociale avec Laurent Wauquiez: défense des classes moyennes, lutte contre l'assistanat", dont le titre préfigure le projet du nouvel homme fort de la droite.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL