Notre-Dame-des-Landes : Philippe Grosvalet dénonce les "pseudo experts"

Claudine Rigal
Décembre 16, 2017

Réfutant l'idée de "Notre-Dame-des-Landes ou rien", Edouard Philippe a ajouté: "Le rapport nous invite à réfléchir sur un choix qui se formaliserait plutôt de la façon suivante: 'Notre-Dame-des-Landes ou un réaménagement de l'aéroport de Nantes Atlantique'". Emmanuel Macron l'a confirmé dans un entretien au Monde (13 décembre), jugeant que l'information sur ce dossier avait été, jusqu'alors, " insuffisante ".

" Deux options sont aujourd'hui sur la table " détaille Benjamin Griveaux".

Ce faisant, le chef de l'Etat répond au principal argument des partisans du transfert de l'actuel aéroport nantais: le déni de démocratie, avec la négation du résultat du scrutin départemental du 26 juin 2016, qui avait apporté une nette majorité de réponses favorables à l'unique question posée: " Etes-vous favorable au projet de transfert de l'aéroport de Nantes Atlantique sur la commune de Notre-Dame-des-Landes?

Le coût réel d'un réaménagement de l'aéroport Nantes Atlantique, "beaucoup moins étudiée jusqu'ici", est estimé entre 415 et 545 millions d'euros, hors prise en compte d'une éventuelle indemnisation à verser au titulaire du contrat de concession.

Construire un nouvel aéroport ou réaménager celui qui existe?

Tout au long de la médiation, ils n'ont eu de cesse de dénoncer " le manque d'objectivité " des médiateurs, dont deux des trois, Gérard Feldzer et Michel Badré, n'ont jamais caché leur opposition à Notre-Dame-des-Landes.

"Les besoins liés au développement du transport aérien dans le Grand Ouest justifient la réalisation d'une plate-forme qui sera dimensionnée sur les hypothèses connues, c'est-à-dire le doublement du trafic aérien d'ici à 2040", a déclaré le Premier ministre lors d'une déclaration à la presse.

La mission, sans privilégier l'une ou l'autre option, souligne la nécessité d'une décision de l'État.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL