Biden durcit le ton avec Netanyahu et appelle à une désescalade "aujourd'hui"

Pierre Vaugeois
Mai 19, 2021

Dans la matinée, l'armée israélienne a ciblé une tour à Jabaliya, dans la bande de Gaza, qui abritait selon elle le "département technologique" du Hamas ainsi que les secteurs de Khan Younès et de Rafah, selon un correspondant de l'AFP sur place.

En Israël, la journée a été rythmée pour les habitants du sud du pays, limitrophe de Gaza, par les sirènes d'alarme pour alerter des tirs de roquettes en provenance de Gaza, et les sifflements du bouclier antimissiles israélien qui les intercepte. En coordination avec l'Egypte et la Jordanie, la France a déposé une résolution à l'ONU pour un cessez-le-feu au Proche-Orient, a annoncé l'Elysée dans la soirée du mardi 18 mai.

L'armée israélienne a déclaré que le Hamas à Gaza avait tiré plus de 3 000 roquettes sur le territoire israélien depuis le début de l'escalade. "Nous sommes tous terrifiés par le son des explosions, des missiles et des avions", s'est étranglée Randa Abou Sultan.

Mardi soir, plusieurs pays membres du Conseil de sécurité ont indiqué à l'AFP n'avoir cependant pas encore reçu le texte français, qui serait " court et simple", selon une source diplomatique. Outre un appel à une "cessation des hostilités", il demanderait "d'accorder un accès humanitaire pour les gens qui en ont besoin", précise à l'AFP un diplomate sous couvert d'anonymat.

Quelque 72.000 personnes y ont été déplacées et 2.500 ont perdu leur maison dans les bombardements, selon l'ONU. La dernière tentative remonte à 2014 lorsqu'il est sorti vivant de justesse d'un raid israélien alors que son épouse et deux de ses enfants étaient tués.

Un journaliste travaillant pour la radio Al Aqsa, affiliée au Hamas, a été tué dans un bombardement sur son domicile dans le nord de la bande de Gaza, ont rapporté les autorités locales.

Analyse de la propagation de cette violence en carte.

En coulisses, une médiation menée en partie par l'Egypte, interlocuteur à la fois d'Israël et du Hamas, n'avait abouti en fin de journée à aucune avancée concrète, selon des sources diplomatiques égyptiennes.

Israël se félicitait encore mardi des "coups" portés au Hamas, qui selon le Premier ministre israélien a été "ramené de nombreuses années en arrière". En effet, des Palestiniens et des forces de l'ordre israéliennes se sont défiés en Cisjordanie et des combats ont eu lieu aussi entre juifs et Arabes israéliens.

"Je suis de près ce qu'il se passe à Jérusalem, à Gaza (.), le problème fondamental, c'est l'occupation", assure depuis le camp de réfugiés palestinien de Jénine un jeune manifestant, Achraf Ahmed, 17 ans, qui voit dans ce soulèvement "le début de la troisième intifada".

Le nouveau cycle de violences a éclaté après un barrage de roquettes du Hamas sur Israël tiré selon le mouvement palestinien en "solidarité" avec les centaines de manifestants palestiniens blessés dans des heurts avec la police israélienne sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL