Biden et Macron favorables à la levée des brevets

Solenn Plantier
Mai 7, 2021

L'UE est " prête à discuter " de la proposition américaine pour lever les protections de propriété intellectuelle sur les vaccins contre le covid, afin d'en accélérer la production et la distribution, a déclaré jeudi la présidente de la Commission européenne. "Oui nous devons évidemment faire de ce vaccin un bien public mondial", a-t-il ajouté, tout en soulignant que la priorité à court terme était "le don de doses" et "de produire en partenariat avec les pays les plus pauvres". Pour une levée de brevet qui serait, en outre, probablement bien plus limitée, aussi bien dans son champ d'application que dans sa durée, que l'espèrent l'Inde, l'Afrique du Sud et la centaine de pays qui demandent la levée des brevets, acculés par la pandémie. "Eh Macron! Garde à vous!", a twitté le chef des Insoumis Jean-Luc Mélenchon.

L'administration du président américain Joe Biden avait annoncé mercredi soutenir la levée des brevets sur les vaccins, précisant que Washington participait " activement " aux négociations menées en ce sens à l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Le lobby pharmaceutique présente même cette initiative comme contre-productive. Biden vous inspire? Parfait: "taxez les riches!", a renchéri le numéro 2 de LFI Adrien Quatennens. Ce qui n'est pas le cas de la France qui, comme le rappelle franceinfo, " plaide plutôt pour des dons en faveur des pays les plus démunis. Le sujet, nous le savons aujourd'hui, n'est pas celui-là.

Le 23 avril, il s'était pourtant dit opposé à la levée immédiate de la propriété intellectuelle, expliquant que le sujet n'était pas celui-là mais celui du transfert de technologie.

Lever les brevets, solution miracle pour accélérer la vaccination dans le monde?

Pour le probable candidat des communistes à la présidentielle Fabien Roussel, ce retard montre que " l'Europe, avec Macron en fer de lance, est le dernier bastion des big pharma et de leurs profits ". Très peu de leurs représentants ont réagi à la position nouvelle d'Emmanuel Macron.

Le président de la République a pour sa part tenté de justifier l'évolution de sa position, jeudi: auparavant, " ce que j'ai dit simplement, c'est qu'aujourd'hui, vous avez un goulot d'étranglement, ce qui rend difficile l'accès au vaccin ". "Notre sujet, c'est de transférer la technologie et de savoir-faire pour qu'il y ait des plateformes qui produisent des vaccins à ARN messager en Afrique, c'est ça la clé", a poursuivi Emmanuel Macron.

"Son allié le président du Modem François Bayrou a estimé quant à lui qu'" il peut y avoir une levée des brevets sur les vaccins contre le coronavirus, mais il faudra indemniser les laboratoires de recherche ".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL