Les youtubeurs McFly et Carlito diffusent leur "concours d'anecdotes" avec Emmanuel Macron

Alain Brian
Mai 25, 2021

Après avoir relevé le défi lancé par Emmanuel Macron de réaliser une vidéo pour promouvoir les gestes barrière et d'atteindre les 10 millions de vues, les deux YouTubeurs, McFly et Carlito, avaient obtenu la promesse du chef de l'État de venir tourner, à l'Élysée, un concours d'anecdotes. L'objectif avait été atteint en moins de trois jours en février dernier. Cela vire parfois à la caricature lorsque McFly tire la langue au président ou fait des roulades dans le jardin du Palais.

En échange, Emmanuel Macron avait promis de se plier au "concours d'anecdotes", format imaginé par les deux Youtubeurs, consistant à raconter une anecdote originale à la foit amusante et improbable. Le président de la République, mené 3-0, a cependant réussi une belle remontée, taquinant alors ses adversaires en évoquant la "remontada", élimination célèbre du PSG en Ligue des champions face à Barcelone, alors que les Parisiens croyaient avoir fait le plus dur au match aller. De quoi provoquer l'admiration de Carlito, lequel se permettra même de dire au chef de l'État que "c'est du beau jeu ".

"Kylian Mbappé, c'est moi qui m'occupe de sa carrière". "Elle est fausse ", confirme Emmanuel Macron. Il a également confié avoir joué contre l'OM avec son équipe de sécurité.

Au programme, fausse anecdote sur Donald Trump, Kylian Mbappé au téléphone, histoire de football et.un concert privé du groupe nantais de heavy metal Ultra Vomit dans le jardin de l'Elysée.

McFly et Carlito lui ont demandé: "Du coup, vous étiez en tant que comédien?".

Le portrait des Youtubeurs le 14 juillet? Le chef de l'État leur a proposé de monter dans un avion de la patrouille de France pour le défilé du 14 juillet.

Le président s'embarque ensuite dans une longue anecdote, lors de laquelle il raconte avoir participé un peu malgré lui à une série nigérienne lors d'un déplacement présidentiel. Quitte donc à estomper l'esprit solennel qui plane sur cette traditionnelle prise de parole. Avec le risque que certains l'accusent d'abîmer la stature présidentielle. Au début de son quinquennat, Emmanuel Macron avait pourtant œuvré pour "habiter la fonction", contrairement à son prédécesseur François Hollande qui se voulait être "un président normal".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL