Rabat rappelle son ambassadrice à Madrid pour consultations — Crise Maroc Espagne

Alain Brian
Mai 19, 2021

Sachant que Madrid, en 2019, avait fait de même en accordant une assistance de 32 millions d'euros au Maroc, a rappelé le quotidien El Pais.

D'abord estimé à 2 700, un "record ", le nombre total de ces migrants venus du Maroc est montéà 6 000 dans la journée de mardi.

François Gemenne, est l'auteur de On a tous un ami noir.

Dès les premières lueurs du jour jusque tard dans la nuit de lundi à mardi, les arrivées de migrants, venus des plages marocaines situées à quelques kilomètres au sud de Ceuta, se sont multipliées sur le territoire espagnol situé au nord-ouest du Maghreb, a indiqué un porte-parole de la préfecture de Ceuta à l'AFP.

En fait, c'est une véritable marée humaine qui a déferlé sur l'enclave espagnole de Ceuta.

Quelque 200 policiers supplémentaires ont été envoyés à Ceuta en soutien aux 1 200 agents qui gardent actuellement la frontière avec le Maroc. Les forces de l'ordre espagnoles ont déployés des blindés et n'ont pas hésité à tabasser les migrants et lancer des bombes de gaz lacrymogènes de l'autre côté de la frontière, vers les migrants pour les empêcher de venir à Ceuta.

Face à la gravité de la situation, le Premier ministre espagnol, le socialiste Pedro Sanchez, est arrivé vers 15H00 GMT à Ceuta, où il a été accueilli par les huées de quelques dizaines de résidents, selon des images mises en ligne par le journal local. En cherchant le soutien également de l'opposition espagnole, Sanchez a contacté le chef de l'opposition Pablo Casado. L'Espagne fait face ici à une crise migratoire sans précédent sur fond de crise diplomatique.

Si le chef du gouvernement espagnol met en place toutes ces manœuvres populistes, c'est pour tenter de jouer un come-back diplomatique et surtout politique, au moment où son parti est menacé par l'opposition et par les indépendantistes en Catalogne. C'est suite à une fuite dans la presse ibérique que l'Espagne a tenté de donner des explications qui n'ont pas convaincu le Maroc de leur sincérité.

Ils les raccompagnent ensuite vers la clôture qui sépare l'Espagne du Maroc.

Il devait ensuite se rendre à Melilla, l'autre enclave espagnole située sur la côte méditerranéenne du Maroc.

De son côté, Karima Benyaich a assuré dans un entretien à l'agence Europa Press que dans les relations entre pays, il y a des actes qui ont des conséquences, et "il faut les assumer".

"Les relations entre pays voisins et amis doivent être fondées sur +la confiance mutuelle+, qui doit être travaillée et entretenue", a-t-elle rappelé.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL