Zoom - Détournement biélorusse : les images à l’intérieur de l’avion

Claudine Rigal
Mai 25, 2021

Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE, qui se retrouvent lundi et mardi pour un sommet européen à Bruxelles, se pencheront sur de " possibles sanctions " contre le Bélarus qui a forcé dimanche un avion de Ryanair transportant un opposant à atterrir à Minsk.

" Le détournement par les autorités biélorusses d'un vol de Ryanair est inacceptable".

Après un long retard, le reste des passagers a finalement pu rejoindre Vilnius, en Lituanie.

Différentes versions. Le déroulé des faits restee encore imprécis.

"L'action scandaleuse des autorités biélorusses constitue une nouvelle tentative flagrante de réduire au silence toutes les voix de l'opposition dans le pays", a déclaré l'exécutif européen dans un communiqué en demandant la libération immédiate du journaliste. Le président bélarusse Alexandre Loukachenko a donné l'ordre personnellement à un avion de chasse MiG-29 d'intercepter l'avion après cette alerte, selon son service de presse. Selon l'actuel rédacteur en chef de Nexta, Tadeusz Giczan, l'atterrissage d'urgence à Minsk aurait été provoqué par une "bagarre " déclenchée par des agents des services de sécurité biélorusses présents à bord, qui ont invoqué la présence d'un engin explosif dans l'avion.

Les 27 ont exigé des mesures pour que soient interdits aux avions biélorusses l'espace aérien de l'Union ainsi que l'usage de ses aéroports. Le porte-parole des aéroports lituaniens a indiqué à l'AFP avoir reçu comme première explication de la part de l'aéroport de Minsk un conflit entre l'équipage et les passagers. En été et automne dernier, une vague historique de manifestations s'est propagée dans le pays, après la réélection contestée d'Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis 1994. "Voici à quoi ressemble Roman sous pression physique et morale", a écrit sur Twitter la figure de l'opposition en exil, Svetlana Tikhanovskaïa, dénonçant une vidéo diffusée par "les chaînes de propagande du régime".

En novembre, le Bélarus a émis un mandat d'arrêt contre le jeune journaliste pour son travail chez Nexta, déclarant qu'il était " impliqué dans une activité terroriste ".

" La réponse européenne sera très forte et aura des conséquences sérieuses", avait assuré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen au début du sommet.

Malgré les sanctions européennes et américaines visant le président et de hauts responsables biélorusses, M. Loukachenko n'a montré aucune volonté de compromis face aux actions de protestation et a renforcé la répression.

Réactions internationales. L'arrestation de cet opposant politique a fait écho à travers le monde.

L'Organisation de l'aviation civile internationale, organisme rattaché à l'ONU, a avancé que l'atterrissage forcé " pourrait être une violation de la Convention de Chicago", qui protège la souveraineté de l'espace aérien des nations.

À la suite de cette arrestation, de nombreux responsables politiques européens et internationaux ont demandé la libération immédiate de l'opposant.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL