Pensionnats autochtones: le Canada bouleversé, Trudeau promet des "actions concrètes"

Xavier Trudeau
Juin 2, 2021

L'OTAN sanctionne le Bélarus quelques jours avant son sommet Bélarus, Chine, Afghanistan: l'OTAN prépare son sommet du 14 juin, qui aura lieu en présence de Joe Biden. Au Québec, des participants ont déposé des chaussures d'enfants et des jouets sur le perron de l'église Saint-François-Xavier à Kahnawake, près de Montréal, en guise d'hommage. Selon elle, la mort de ces enfants, dont on ignore la cause et à quand elle remonte, n'a jamais été documentée par la direction du pensionnat même si leurs disparitions avaient été évoquées dans le passé. "J'ai le cœur brisé", a réagi le Premier ministre canadien Justin Trudeau sur Twitter.

Le site du Festival Innu Nikamu, est situé sur le terrain de l'ancien pensionnat de Maliotenam.

© Fournis par Le Parisien Des membres de la communauté Mohawk de Quebec ont défilé dans la ville dimanche 30 mai en mémoire des 215 enfants dont les restes ont été découverts dans l'ouest du pays (Photo Peter McCabe / AFP). Au nom des Nord-Côtiers, je veux offrir mes plus sincères condoléances aux familles et à la communauté de Tk'emlúps te Secwépemc, ainsi qu'aux neuf communautés innues et à la communauté naskapie de la Côte-Nord. "Je pense à tous ceux qui sont touchés par cette nouvelle bouleversante", a écrit le dirigeant, qui a fait de la réconciliation avec les premiers peuples du Canada l'une de ses priorités depuis son arrivée au pouvoir en 2015.

Justin Trudeau a également reconnu "l'échec épouvantable" du gouvernement fédéral canadien dans ses relations avec les communautés autochtones. Ce type d'établissements, créés à la fin du 19ème siècle et qui ont existé jusque dans les années 1990, avait pour but de retirer les enfants autochtones à leurs communautés pour les assimiler à la culture dominante.

"Certains n'avaient que trois ans", a affirmé la cheffe Rosanne Casimir.

Le ministre responsable des affaires autochtones au gouvernement du Québec Ian Lafrenière a déclaré aujourd'hui qu'il n'était pas exclu que des dépouilles d'enfants autochtones se retrouvent aussi sur les sites des anciens pensionnats au Québec. Une commission nationale d'enquête a conclu en 2015 qu'environ 150 000 enfants amérindiens, métis et inuits y ont été embrigadés de force.

Ottawa avait présenté des excuses formelles aux survivants de ces pensionnats autochtones en 2008, dans le cadre d'un accord de 1,9 milliard de dollars canadiens (1,3 milliard d'euros). Une enquête a été ouverte afin d'en savoir davantage sur cette découverte qui a bouleversé les habitants de Kamloops.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL